Fin des consultations sur le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Claudine Rigal
Janvier 13, 2018

Ce vendredi 12 janvier 2018, le Premier ministre, Édouard Philippe, a bouclé ses consultations sur l'avenir du projet controversé d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

L'accord signé en décembre 2010 prévoit que le groupe Vinci construise et exploite la future plateforme aéroportuaire pour 55 ans. L'inextricable dossier sera tranché par l'exécutif d'ici à la fin du mois.

"Démocratiquement, économiquement et écologiquement, Notre-Dame-des-Landes est la meilleure solution".

L'indemnisation de Vinci, si le contrat est résilié pour motif d'intérêt général, serait de 350 millions d'euros maximum selon les médiateurs.

"Si l'aéroport n'était pas transféré à Notre-Dame-des-Landes, en réalité, il ne se passerait rien dans ce quinquennat, et très certainement rien dans le quinquennat prochain", a-t-elle pointé. Selon les associations participantes, le trafic sur l'aéroport de Nantes-Atlantique va s'amplifier plus rapidement qu'estimé. Ce sont les derniers à être reçus par le Premier Ministre, après tous les élus de l'Ouest concernés par le projet d'aéroport transféré à Notre-dame-des-Landes. Une ZAD régulièrement décriée par les pro-aéroports. Vous croyez que les Nantais, les collectifs, ne se mobiliseraient pas?

Le manque à gagner, en cas d'abandon du projet de transfert, est quant à lui "oublié" du rapport des médiateurs, déplorent les collectivités, qui "doivent toucher 5% du chiffre d'affaires par an, une fois qu'elles ont été remboursées de leurs avances".

Un complément au rapport des médiateurs qui ne tranche pas, mais présente l'extension de l'aéroport actuel de Nantes-Atlantique comme une sérieuse alternative.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL