Frédéric Beigbeder a pensé à une attaque terroriste — Braquage au Ritz

Pierre Vaugeois
Janvier 13, 2018

Frédéric Beigbeder a raconté auFigaro sa soirée un peu spéciale passée au Ritz, le 10 janvier dernier.

Une fois les braqueurs partis et le calme revenu, les clients ont pu sortir de leur cachette, sains et saufs: Beigbeder est remonté " en chaussettes ", pour ne pas faire de bruit, selon son témoignage.

"J'ai pensé à une attaque terroriste" mais "ce n'était qu'un hold-up". Il est 18 heures mercredi. L'écrivain décrit la scène ce vendredi 12 dans les colonnes du Figaro: "Soudain, un serveur est arrivé en courant et en criant: "Partez tous, partez tous!"".

"Juste après, trois types cagoulés ont fait à leur tour irruption dans le bar". Et bien malgré lui, le romancier Frédéric Beigbeder s'est retrouvé au beau milieu du capharnaüm. Ils ont juste dit: 'Barrez-vous, on ne va pas vous faire de mal.' Ces quelques mots, qui se voulaient j'imagine rassurants, ont déclenché un vent de panique. "J'ai pensé à une attaque terroriste, car nous étions le lendemain du jour anniversaire de la mort des frères Kouachi." .

Mais Beigbeder, lui, se réfugie dans les sous-sols, avec Alina Gurdiel, son attachée de presse. "Au bout d'une dizaine de minutes, je commençais à blaguer à voix très basse pour détendre l'atmosphère quand nous avons entendu à l'étage des coups de feu en rafale". Il explique qu'à ce moment-là, personne dans l'hôtel n'était en mesure de comprendre clairement ce qu'il se passait. "C'était assez surréaliste, on se serait cru dans un film de David Lynch". C'est finalement un SMS du mari de cette dernière qui leur a appris qu'il s'agissait d'un braquage qui venait de se terminer. "Je me suis dit que la meilleure chose à faire était alors de remonter finir nos verres au bar Hemingway". La totalité du butin du spectaculaire braquage a été retrouvée jeudi, au lendemain de l'interpellation de trois malfaiteurs restés bloqués dans le palace tandis que deux de leurs complices étaient toujours activement recherchés.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL