Juliette Méadel propose la création d'un "impôt Charlie Hebdo"

Claudine Rigal
Janvier 10, 2018

Trois ans après l'attentat du 7 janvier 2015 dans les locaux de Charlie Hebdo, la rédaction de l'hebdomadaire satirique vit toujours recluse, dans un bunker sous haute sécurité. "Ces investissements et cette protection ont un prix".

L'ancienne secrétaire d'Etat chargée de l'Aide aux victimes Juliette Méadel propose dans une tribune transmise à l'AFP la création d'un "impôt Charlie Hebdo" qui permettrait de soutenir la "liberté d'expression".

Pour épauler le titre, et donc la liberté d'expression, Juliette Méadal suggère la création d'un impôt " Charlie Hebdo ", qui serait - si on comprend bien sa tribune - une sorte de taxe affectée pour protéger la sécurité de l'environnement des journalistes. "On finance un parti politique, pourquoi ne financerait-on pas des journaux menacés par des terroristes qui ont un projet politique anti-démocratique?" La République doit donc la financer comme elle finance le fonctionnement de notre vie démocratique.

L'ancienne secrétaire d'État esquisse des pistes de financement.

Et la vache à lait est toute trouvée, à portée de clics: " Il pourrait s'agir d'un impôt sur les bénéfices de la publicité diffusée sur internet ou d'un impôt sur les bénéfices en France réalisés par les GAFA". "En effet les réseaux sociaux contribuent largement à la diffusion des idéologies délétères et anti-démocratiques", poursuit-elle.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL