L'étudiante radicalisée envisageait de frapper des lieux festifs de Rennes — Terrorisme

Claudine Rigal
Janvier 10, 2018

Placée en garde-à-vue par la Direction générale de la sécurité intérieure après son arrestation mi-décembre, elle a reconnu être "une islamiste convaincue, fière des attentats commis en France".

Pourquoi Rennes? Parce que la ville serait un lieu "festif", donc avec plus de victimes potentielles, et qu'il y'aurait selon les déclarations de la jeune femme, musulmane, étudiante à la Sorbonne, et radicalisée, moins de présence et de surveillance policière. Elle aurait projeté de commettre un attentat, notamment à Rennes.

Née à Toulouse et domiciliée à Épinay-sous-Sénart (Essonne), elle a attiré l'attention des forces de l'ordre lorsqu'elle a tenté de se procurer un fusil d'assaut kalachnikov via l'application de messagerie cryptée Telegram. Au cours de ses auditions, elle aurait assumé avoir pratiqué la "taqya", c'est à dire dissimuler ses convictions derrière des comportements "classiques". L'hebdomadaire affirme également que la jeune femme a aussi "regretté de ne pas avoir pu passer à l'action". Elle vivait en couple, buvait de l'alcool et ne montrait aucun signe de radicalisation, d'après une source proche de l'affaire citée par Le Point. Et d'ajouter: "Elle sortait et avait une vie sociale normale". Lors de la perquisition de son domicile, les enquêteurs ont retrouvé un testament qui expliquait son acte et sa stratégie. Mise en examen pour " association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle", elle a été placée en détention provisoire.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL