La coopérative agricole Euralis se restructure et va supprimer 313 postes

Xavier Trudeau
Janvier 10, 2018

"Le pôle alimentaire a enregistré des pertes nettes cumulées de 63 millions d'euros ces cinq dernières années et supporte une dette de 186 millions d'euros qui devient un frein à l'investissement et au développement de ces marques" fait savoir la coopérative béarnaise dans un communiqué.

" Malgré l'amorce d'une amélioration, grâce à des mesures de réduction des coûts [, et] un résultat d'exploitation positif d'environ 3 millions d'euros en 2017, les activités et l'organisation du Pôle Alimentaire doivent être transformées en profondeur pour surmonter efficacement les difficultés internes et externes qui le menacent", justifie Pierre Couderc, le directeur général d'Euralis.

Euralis explique ces difficultés par "la pression sur les prix exercées en grande distribution dans un contexte économique atone où les consommateurs sont devenus particulièrement vigilants mais aussi les conséquences de la grippe aviaire, l'activité canards gras représentant 47% du chiffre d'affaires". Sans oublier une sous-activité chronique, avec un taux de 50 % en moyenne. "De plus, l'activité Traiteur pour les marques distributeurs (MDD) est fortement déficitaire avec 8 millions d'euros de pertes en 2017, ce qui correspond à la quasi-totalité des pertes du Pôle Alimentaire", selon le communiqué. En parallèle, dans le cadre de cette restructuration annoncée ce mardi, 157 postes seront créés et 44 supplémentaires seraient ouverts au reclassement interne au sein du groupe. Il prévoit aussi un plan d'investissements de 45 millions d'euros sur trois ans, notamment sur les structures et les équipements industriels ainsi que la transformation digitale.

L'information et la consultation des représentants du personnel débuteront le 19 janvier prochain. Ce pôle, qui pèse plus de 2500 salariés et 475 millions d'euros de chiffre d'affaires, est confronté à de lourdes pertes.

Les sites de Brive (Corrèze) et Dunkerque (Nord) vont fermer, celui de Sarlat (Dordogne) sera restructuré, et celui de Maubourguet (Hautes-Pyrénées) sera amené à se développer annonce Euralis.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL