La décision de Trump sur les sanctions envers l'Iran attendue vendredi

Claudine Rigal
Janvier 13, 2018

"La bonne mise en œuvre de l'accord devait être accompagnée d'un dialogue renforcé avec l'Iran sur son programme balistique et sa politique régionale, afin de garantir une meilleure stabilité au Moyen Orient", ajoute la présidence française.

Mohammad Zarif, chef de la diplomatie iranienne, a annoncé que les représentants de l'Iran et de trois pays européens comptent tenir sous peu une réunion consultative sur le programme nucléaire iranien, rapporte l'agence IRNA.

Le président américain a réuni jeudi ses principaux conseillers pour décider de réimposer ou non des sanctions économiques contre l'Iran, une décision très attendue et qui pourrait torpiller l'accord nucléaire conclu en 2015 avec Téhéran, défendu notamment par l'UE.

Avant l'accord, l'Iran était à quelques mois de détenir suffisamment de matériaux pour produire l'armée nucléaire.

En octobre, il a refusé de certifier que l'Iran se pliait aux termes de l'accord, mais s'est abstenu de s'en retirer. Leurs entreprises seraient pénalisées aux Etats-Unis si elles continuaient à commercer avec l'Iran.

Cet accord encadre les activités nucléaires iraniennes en contrepartie d'une levée progressive de sanctions frappant la République islamique. Il est désormais craint que l'occupant actuel de la Maison Blanche ne les réinstaure.

Mme Mogherini, qui a présidé les négociations au nom de l'UE, a promis de tout faire pour préserver cet accord, jugé essentiel pour endiguer la prolifération nucléaire, y compris en rencontrant à Washington des membres du Congrès hostiles au texte. Cependant, deux autres sources américaines ont confié à l'AFP que Trump n'avait pas encore pris de décision. Même si la diplomate en chef de l'Union européenne, Federica Mogherini, tient à isoler ce dossier des nombreux autres sujets de contentieux avec Téhéran, M. Zarif devra répondre aux préoccupations de ses homologues français, allemand et britannique après les récentes violences contre des manifestants en Iran.

Pour les Européens, ce serait une catastrophe.

L'AFP a contribué à cet article.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL