La dénucléarisation : priorité de la Corée du Sud

Claudine Rigal
Janvier 13, 2018

Ces entretiens survenaient après des mois de tensions alimentées par l'accélération des programmes nucléaire et balistique de Pyongyang, les deux parties cherchant à apaiser la situation.

Les médias sud-coréens ont laissé entendre que Pyongyang pourrait envoyer d'éminents représentants, dont la petite soeur de Kim Jong-un, Yo-Jong, haute dirigeante du parti au pouvoir.

Le président américain Donald Trump s'est dit ouvert - sous condition - à des pourparlers directs entre les États-Unis et la Corée du Nord lors d'une conversation téléphonique avec son homologue sud-coréen, a indiqué la Maison Blanche ce mercredi.

Elles n'ont jamais fourni d'équipe commune lors de jeux internationaux pluri-disciplinaires mais ont en revanche formé une sélection avec des sportifs des deux pays en 1991 lors des championnats du monde de tennis de table et l'an passé lors des championnats du monde de football dans les catégorie de jeunes. Il a proposé la tenu d'un sommet avec le Nord, mais sous conditions. Dans la foulée, la Corée du Sud a accepté la tenue de discussions qui ont débuté mardi. Seuls deux sommets ont depuis lors eu lieu entre leurs chefs de l'Etat, en 2000 et en 2007.

9 octobre 2006. La Corée du Nord réalise son premier essai nucléaire réussi.

"Nous n'avons aucune différence d'opinion avec les Etats-Unis", a assuré M. Moon, qui a cependant rappelé que les sanctions avaient pour but de pousser le Nord à la négociation. Pyongyang a jusqu'à présent réclamé, au préalable à Séoul s'agissant des familles séparées, le rapatriement par le Sud de Nord-Coréens.

Le président sud-coréen a dans le même temps réaffirmé que la dénucléarisation de la péninsule était "la voie vers la paix et notre objectif", alors que Pyongyang affirme être désormais en mesure de menacer l'ensemble du territoire continental américain avec ses armes nucléaires. "Le peuple souhaite ardemment voir le Nord et le Sud aller vers la paix et la réconciliation", a répondu le ministre sud-coréen de l'Unification Cho Myoung-Gyon. La réunion sera présidée par le président du CIO, l'Allemand Thomas Bach.

Le Nord va vraisemblablement vouloir évoquer la fin définitive des exercices militaires conjoints entre Séoul et Washington.

La délégation sud-coréenne s'est rendue en convoi sur le lieu des discussions, à Panmunjom, village frontalier où fut signé le cessez-le-feu de la guerre de Corée (1950-53), dans la zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule.

La dernière participation de la Corée du Nord aux JO d'hiver remonte à Vancouver-2010. Dans ce contexte, sont instaurées en 1948 deux entités opposées: la République de Corée, avec pour président Syngman Rhee, sous influence américaine, et la République populaire démocratique de Corée du Nord, pro-soviétique, dirigée par Kim Il-sung.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL