L'accord critiqué par Trump " fonctionne ", assure Mogherini — Nucléaire iranien

Claudine Rigal
Janvier 11, 2018

Même si la diplomate en chef de l'Union européenne, Federica Mogherini, tient à isoler ce dossier des nombreux autres sujets de contentieux avec Téhéran, M. Zarif devra répondre aux préoccupations de ses homologues français, allemand et britannique après les récentes violences contre des manifestants en Iran. Ces entretiens portaient sur l'accord nucléaire avec l'Iran signé à Vienne en juillet 2015 et les Européens ont réitéré leur soutien à cet accord, un signal très clair envoyé aux Etats-Unis dont le président Donald Trump a annoncé en octobre la non-certification de l'accord et pourrait prendre de nouvelles sanctions d'ici demain.

Les Européens sont très déterminés à voir l'accord avec l'Iran continuer à être mis en œuvre et à porter ses fruits; c'est leur constat, unanime, à l'issue de leurs discussions avec leur homologue iranien Mohammed Javad Zarif.

Cet accord "fonctionne, rend le monde plus sûr et empêche une course à l'armement nucléaire potentielle dans la région", a martelé Mme Mogherini.

Téhéran a d'ores et déjà promis des représailles, se disant "préparé à tous les scénarios". "Il est important que l'ensemble des parties prenantes respectent cet engagement commun et, en conséquence, que nos alliés américains le respectent aussi".

Mais malgré ce soutien sans faille, les Européens ont tenu jeudi à discuter avec M. Zarif des dossiers qui fâchent, à commencer par le développement de missiles balistiques par l'Iran et son soutien au régime du président Bachar al-Assad en Syrie, au Hezbollah libanais et à la rébellion houthie au Yémen. "En parallèle nous devrions nous concentrer sur ce que l'Iran peut faire pour résoudre la crise au Yémen, pour favoriser la paix en Syrie et pour aider à résoudre d'autres questions dans la région", insiste le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson.

Selon le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, "cet accord de non-prolifération est essentiel et il n'y a pas d'alternative".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL