Lactalis. Des centaines de plaintes déjà déposées

Xavier Trudeau
Janvier 14, 2018

"Scandale après scandale - viande de cheval, fipronil et maintenant lait contaminé -, la grande distribution semble toujours se tirer d'affaire en France", écrit dans un communiqué de presse, foodwa.

La contamination par des salmonelles de lait pour bébé Lactalis, fabriqué dans cette usine, vire à la catastrophe industrielle et a pris une dimension politique avec les demandes gouvernementales de sanctions.

Le bilan de Santé publique France fait état, à ce jour, de 35 nourrissons atteints de salmonellose et ayant consommé un lait ou un produit d'alimentation infantile de l'usine Lactalis incriminée.

Interrogé sur cette différence entre le nombre annoncé de plaintes de familles et le nombre de cas officiels de salmonellose, Quentin Guillemain a répondu qu'elle lui paraissait révéler un problème de sous-estimation par les autorités sanitaires.

"Tout ce qui nous remonte peut le laisser penser".

Le nombre de victimes sous-estimé par les autorités?

"Une enquête préliminaire a été ouverte fin décembre par le parquet de Paris, notamment pour " blessures involontaires " et " mise en danger de la vie d'autrui ".

Le président Emmanuel Macron avait assuré jeudi à Rome qu'il n'y aurait "aucune tolérance" contre toutes les "parties prenantes" de la crise en cas de manquements avérés.

Depuis le mois de décembre où les lots doivent être retirés, on en trouve encore à la vente au mois de janvier.

Conséquence de l'étendu de ce scandale: l'industriel devra reprendre tous les lots de lait infantile produits dans son usine affectée par une contamination à la salmonelle. "Le cas espagnol est confirmé (...) Le cas grec ne l'est pas, mais il y a des signes", a expliqué François-Xavier Weill, bactériologiste de l'Institut Pasteur de Paris, confirmant une information publiée dans la revue médicale Eurosurveillance.

"Lactalis fera ensuite tous les investissements nécessaires sur le site de Craon pour garantir la sécurité sanitaire du site et éviter que ne se reproduisent de telles contaminations", a-t-il ajouté, écartant ainsi implicitement le spectre d'une fermeture du site actuellement à l'arrêt et dont 250 des 327 salariés sont au chômage technique.

"J'ai d'abord demandé à M. (Emmanuel) Besnier, le président de Lactalis, de faire preuve de davantage de transparence, car je pense que la transparence est un gage de confiance pour les consommateurs et l'ensemble des Français", a déclaré le ministre qui s'est finalement présenté seul devant la presse.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL