Le FMI reste optimiste — Croissance mondiale

Xavier Trudeau
Janvier 22, 2018

Des prévisions en hausse qui s'expliquent aussi par l'impact positif de la réforme fiscale américaine à court-terme et les investissements massifs aux Etats-Unis que cette dernière a engendré résultant des baisses d'impôts sur le territoire qui vont profiter aux partenaires commerciaux.

Les prévisions pour la France restent en revanche quasiment les mêmes que précédemment: +1,9% en 2018 (+0,1 point) et autant l'an prochain (sans changement), après 1,8% en 2017. D'autre part, la tendance va se poursuivre. Le Fonds a ainsi abaissé la prévision de croissance pour ce pays à 2,4% cette année (-0,1 point).

"Quelque 120 économies, comptant pour les trois quarts du PIB mondial, ont enregistré une hausse de croissance en 2017, soit le rebond le plus largement répandu dans le monde depuis 2010", poursuit l'institution de Washington, qui a publié ses prévisions actualisées le jour de l'ouverture du Forum économique de Davos. L'une des raisons de ces prévisions plus optimistes provient de la réforme fiscale de l'administration Trump.

"L'activité économique mondiale continue de se raffermir et en 2017 la production a progressé de 3,7%, soit 0,1 point de plus que ce qui avait été estimé en octobre, et la croissance de 2017 s'avère ainsi supérieure de 0,5 point à celle de 2016", lit-on dans le court document de 8 pages du Fonds, car il s'agit que d'une révision trimestrielle des prévisions et non pas d'une refonte complète des perspectives comme c'est le cas en avril et en octobre.

Commentant ces chiffres, Maurice Obstfeld, l'économiste en chef et directeur de la recherche du FMI, y voit "de bonnes nouvelles, mais les dirigeants politiques et les responsables de la politique économique doivent être conscients que la dynamique actuelle repose sur une conjonction de facteurs qui probablement ne sont pas amenés à durer longtemps". Le FMI s'attend donc à un recul du taux de croissance à partir de 2022.

La France proche de 2 %

. Conséquence directe aux Etats-Unis, la croissance attendue sur place pour l'année 2018 et 2019 est dorénavant respectivement de 2,7% et 2,5%.

Pour la zone euro, la révision est de +0,3 point pour les deux années, avec des taux de 2,2% puis 2,0%. Le FMI maintient toutefois ses prévisions d'octobre pour la croissance au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, en Afghanistan et au Pakistan à 3,6% cette année et 3,5% l'an prochain. Mais il revoit légèrement en hausse (+0,1 point) ses anticipations pour la Chine (à +6,6% pour 2018 et +6,4% pour 2019) et plus nettement pour le Brésil (+0,4 point à 1,9% en 2018 et +0,1 point à 2,1% en 2019).

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL