Le Premier ministre Umaro Sissoco Embaló présente sa démission — Guinée-Bissau

Xavier Trudeau
Janvier 16, 2018

" Depuis la semaine dernière, j'ai envoyé une lettre en ce sens au président de la République ", a indiqué le Premier ministre samedi soir, interrogé par l'AFP à ce sujet.

Le PAIGC qui a obtenu la majorité en 2014 aux élections parlementaires (avec 57 députés sur 102), s'est rangé résolument aux côtés de son président, M. Pereira, en réclamant un poste qui lui revient de droit.

Mais, le président Vaz a persisté à vouloir imposer un Premier ministre et le PAIGC à rejeter tout passage en force qu'il assimile à un "coup d'Etat constitutionnel". D'après la presse locale, Umaro Sissoko Embalo, Premier ministre bissau-guinéen jusqu'à ce vendredi 12 janvier, a présenté sa démission au chef de l'Etat.

A la tête du gouvernement depuis novembre 2016, le désormais ex-Premier ministre n'a jamais pu présenter son programme devant l'Assemblée nationale et devait faire face à la crise politique que traverse le pays depuis quelques années.

Le blocage des institutions qui résulte de la crise politique, a rendu difficile ou a bloqué la réalisation de plusieurs projets financés par les partenaires de développement.

Notons que dans le cadre de cet accord, le PAIGC, parti majoritaire au Parlement, réclamait la démission d'Umaro Sissoko Embalo pour la nomination d'Augusto Olivais.

Alors que le délai fixé lors du sommet d'Abuja, le 16 décembre dernier, expire ce mardi, la Cédéao, la Communaute économique des Etats d'Afrique de l'Ouest, est sur ses gardes. Un accord arraché aux protagonistes de la crise institutionnelle en octobre 2016 et qui prévoit la nomination d'un ministre de consensus qui puisse rester en place jusqu'aux élections.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL