Les nationalistes ont les pleins pouvoirs — Corse

Claudine Rigal
Janvier 5, 2018

En effet, Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, les présidents de l'exécutif et de l'assemblée de Corse, seront reçus à Matignon le 22 janvier prochain.

Jean-Guy Talamoni, qui a ouvert son discours par une minute de silence pour Paul Ruault, ancien conseiller territorial de droite inhumé mardi à Ajaccio, a aussi voulu rassurer ses opposants: "que vous soyez de la majorité ou de l'opposition, pour vous, ma porte sera toujours ouverte".

Jean-Guy Talamoni a été longuement applaudi et des cris de joie dans l'hémicycle et dans les tribunes des invités, ont accueilli son élection.

Sur les 63 élus, 40 ont voté pour M. Talamoni.

Alors que les élus de la Corse vont rencontrer aujourd'hui (vendredi) la ministre Jacqueline Gourault, nommée à la fonction informelle de "Madame Corse" au sein du gouvernement, nous avons appris qu'une autre rencontre aura lieu, cette fois-ci avec le Premier ministre Edouard Philippe. Un élu qui a avoué ensuite avoir été "distrait", s'est prononcé pour l'autonomiste Gilles Simeoni, qui n'était pas candidat à la présidence. Les deux hommes sont les grands vainqueurs des élections territoriales des 3 et 10 décembre, qui ont donné une forte dominante nationaliste (41 sièges sur 63) à la collectivité née de la fusion entre région et départements.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL