Les propos chocs de Brigitte Lahaie sur le viol — Violences sexuelles

Pierre Vaugeois
Janvier 11, 2018

Mardi, une centaine de femmes ont publié une tribune dans "Le Monde" pour défendre la "liberté d'importuner", en réponse au mouvement #MeToo et #BalanceTonPorc et aux excès qu'il entraînerait. Brigitte Lahaie a d'abord déclaré: "Le vrai problème pour moi, c'est la compréhension de ce qu'est la construction identitaire sexuelle pour une femme et un homme". Assurée de détenir la vérité, Brigitte Lahaie a poursuivi: "C'est en redonnant aux femmes cette puissance de leur corps et cette capacité à jouir".

Ne partageant évidemment pas son point de vue, Caroline De Haas a souhaité recentrer le débat. En effet elle aurait ainsi pu "témoigner que du viol, on s'en sort". Il y a un truc simple, c'est d'arrêter les violences, parce que les violences, elles empêchent la jouissance. "Quand vous avez été victime de viol, vous jouissez moins bien, en général". Ce à quoi Brigitte Lahaie lui a répondu: "Vous savez, on peut jouir lors d'un viol".

L'argument de Brigitte Lahaie a ainsi provoqué l'indignation de son interlocutrice. Nous rappelons qu'une victime de viol peut effectivement éprouver un orgasme lors d'un viol (plusieurs études scientifiques l'ont prouvé), mais jouir n'est pas synonyme de consentement. "Nos corps répondent au sexe, explique ainsi une journaliste américaine sur le site Popular Science. L'orgasme pendant un viol n'est pas un exemple de l'expression d'un plaisir". Ces propos sont extrêmement graves et vous n'avez pas interrompu Brigitte Lahaie. "Le corps d'une victime de violence peut réagir de plein de manières différentes, a écrit Caroline De Haas sur Twitter après l'émission". Cela ne change rien au fait que le viol est un crime.

Cette sortie a créé la polémique sur les réseaux sociaux et de nombreux internautes ont accusé l'actrice de films X de "culpabiliser" les victimes de viol et de "banaliser" les violences sexuelles faites aux femmes.

Hier matin, c'était face à l'écrivain Abnousse Shalmani, que Caroline De Haas débattait. "J'ai plus de mots", a-t-elle dit sur le réseau social".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL