Licencié, un ex-ingénieur attaque Google pour discrimination contre les hommes blancs

Alain Brian
Janvier 11, 2018

Un ancien ingénieur de Google avait été licencié après avoir écrit un plaidoyer contre la discrimination positive en faveur des femmes et des minorités.

Ils reprochent à Google de cibler, maltraiter, punir et licencier systématiquement les employés qui ont "exprimé des opinions divergentes de la majorité des employés de Google sur des sujets politiques soulevés sur le lieu de travail ou liés aux politiques d'emploi et aux activités de Google, telles que la diversité, la politique de "diversité" dans le recrutement, la "sensibilité au biais" ou la "justice sociale" ..." Il porte plainte contre Google pour discriminations liées au genre. En effet, il a décidé de porter plainte contre son ancien employeur pour " discrimination envers les hommes blancs conservateurs ".

James Damore, un ancien ingénieur de chez Google, avait été viré sans ménagement au mois d'août dernier après avoir déclaré que les femmes n'avaient pas biologiquement les mêmes capacités que les hommes, et que cette différence " ontologique " pouvait aller jusqu'à justifier un écart salarial entre les deux sexes (au profit des hommes bien entendu...).

Selon Damore, Google emploie des "quotas d'embauche illégaux pour remplir les pourcentages désirés de femmes et de candidats issus des minorités, l'entreprise persécute ouvertement les directeurs des unités commerciales qui ne respectent pas leurs quotas - dénigrant ouvertement les employés masculins et blancs". Le magazine spécialisé rappelle les statistiques du dernier rapport sur la diversité de l'entreprise: les employés de Google sont à 69 % des hommes et à 56 % des personnes blanches, selon le dernier rapport sur la diversité de la firme.

Pourtant, à l'image d'Apple ou d'Uber, Google n'est pas réputé pour être le champion de l'égalité hommes -femmes. Ils invitent d'autres employés s'estimant victimes de discrimination de la part de Google à les rejoindre afin d'intenter un recours collectif.

" Nous avons hâte de nous défendre contre le procès de M. Damore devant la justice ", a affirmé un porte-parole de Google dans un communiqué à Wired. D'après ces documents rassemblés sous le titre "posts anti-caucasien", certains managers de Google voudraient "faire taire" les employés dont les opinions politiques sont trop conservatrices et trop virulentes, notamment à l'égard des femmes.

À l'origine du renvoi de James Damore, une note interne de dix pages, devenue virale et intitulée "La caisse de résonance idéologique de Google". D'après eux, explique le Washington Post, "Google mène une politique discriminante contre les hommes, les personnes 'de type caucasien' et celles dont les idées politiques sont perçues comme de droite". Il justifiait aussi la faible présence des femmes dans les fonctions de leadership par leur plus grande anxiété, qui les empêchait d'exercer des professions stressantes.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL