Lindt & Sprüngli en déconfiture après des ventes décevantes aux Etats-Unis

Xavier Trudeau
Janvier 16, 2018

A 10h05, le bon de participation Lindt & Sprüngli se délestait de 1,5% à 5840 CHF dans des échanges faméliques, alors que le SPI glissait de 0,07%. Le chocolatier zurichois a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 4,8% sur un an, à près de 4,1 milliards de francs, passant pour la première fois la barre des 4 milliards. Pour Patrik Schwendimann, de la Banque cantonale de Zurich (ZKB), la surprise vient de la confirmation des ambitions de croissance organique à moyen terme (6-8%), alors que le consensus s'attend d'ores et déjà à une valeur inférieure (5,9%) pour 2018.

Le chiffre d'affaires annuel s'est étoffé de 4,8% pour atteindre 4,088 mrd CHF, une performance que le groupe qualifie de "bonne", au regard de conditions cadre "difficiles", comme la saturation des marchés et la pression croissante sur les prix.

Les ventes organiques ont augmenté de 6,2% en Europe et de 12,4% dans le reste du monde mais elles ont décru de 1,6% en Amérique du Nord, où Lindt est numéro trois du marché depuis le rachat de Russell Stover en 2014. En outre, il a profité d'effets de change, notamment le renforcement de l'euro, qui devraient se refléter positivement sur les résultats consolidés. La croissance organique du chocolatier de Kilchberg (+3,7%) est restée en deçà des objectifs à moyen terme fixés par le groupe, essentiellement en raison de la contraction des recettes enregistrée aux Etats-Unis (-1,6%).

Il a confirmé cet objectif ainsi que celui d'une croissance de 20 à 40 points de base de sa marge opérationnelle.

Plus sévère, Baader Helvea déplore que le groupe compense sa faible performance de vente au détriment d'un retour aux détenteurs.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL