L'Onu veut une enquête sur les récentes violences — RDC

Claudine Rigal
Janvier 12, 2018

Nikki Haley interpelle le président congolais dans un communiqué que VOA Afrique a reçu. Cet accord est bafoué par le régime du président Joseph Kabila, hors mandat depuis décembre 2016.

Mme Haley stigmatise " la brutalité et la cruauté envers des civils innocents et des enfants dans les endroits les plus sacrés " et qualifie de " force excessive " celle déployée par les forces du régime Kabila contre les marcheurs.

L'ambassadrice américaine rappelle que son pays comme la communauté internationale "continueront de suivre la situation et de lutter en faveur du peuple congolais et de sa démocratie".

La déclaration est du secrétaire général adjoint de l'Onu pour les opérations de maintien de paix, Jean-Pierre LaCroix.

"Il est essentiel que les autorités nationales compétentes diligentent les enquêtes nécessaires pour établir les responsabilités et traduire en justice les auteurs présumés de violations des droits de l'homme", a indiqué M. Lacroix devant le Conseil de sécurité.

Le meurtre, le 7 décembre, de 15 casques bleus tanzaniens de la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO) auxquels il faut ajouter 44 blessés est le dernier épisode d'une série d'attaques meurtrières perpétrées, soupçonne-t-on, par des éléments des Forces démocratiques alliées (ADF), a-t-il ajouté.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL