L'UFC-Que-Choisir part en guerre contre les fabricants — Alimentation et cosmétique

Xavier Trudeau
Janvier 23, 2018

100% des produits analysés contiennent des nanoparticules: du dioxyde de titane, de l'oxyde de fer et de zinc, du noir de carbone et du silicium. L'association a donc décidé de porter plainte contre 9 fabricants qui, malgré l'obligation légale, n'ont pas apposé la mention "nano" sur leurs étiquettes.

8 aliments et cosmétiques analysés sur 10 contenant des nanoparticules ne le signalent pas!

Utilisés entre autres pour leur fonction colorante ou anti-agglomérante, les nanomatériaux sont de plus en plus présents, quoi qu'en disent les emballages, dans les produits de consommation courante.

L'association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir voit rouge. Dans les six derniers, les additifs sont intégralement sous forme nanométrique. Il est reproché aux fabricants, outre le fait de la présence de nanoparticules dans leurs produits, de ne pas le mentionner sur l'emballage, ce qui constitue une infraction à la réglementation en vigueur. 2013 pour les cosmétiques et 2014 pour l'alimentaire!

Pour cette raison, l'UFC-Que Choisir a déposé plainte auprès du procureur du tribunal de grande instance de Paris contre neuf fabricants: Groupe Casino (soupe Poule au pot déshydratée), JDE (préparation instantanée Cappuccino Maxwell House), Mars Chocolat France, Mc Cormick (épices Ducros Mélange malin italien), Colgate-Palmolive, Lavera (crème solaire Lavera 100% minérale SPF30), Avène, Coty (gloss effet 3D-33 brun poetic de Bourgeois) et GlaxoSmithKline. Plusieurs études menées sont alarmantes: selon l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) et l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses), le dioxyde de titane est suspecté de causer des cancers.

L'UFC-Que Choisir tire la sonnette d'alarme: le consommateur n'est pas suffisamment informé sur la présence de nanoparticules dans les produits du quotidien, alors même que les risques sont mal connus.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL