New York poursuit cinq entreprises pétrolières pour leur contribution au réchauffement climatique

Claudine Rigal
Janvier 12, 2018

Bill de Blasio, le maire de la plus grande ville des Etats-Unis, a annoncé mercredi 10 janvier que la cité avait porté plainte auprès d'une cour fédérale et demandé des réparations à cinq géants pétroliers: ExxonMobil, Chevron, BP, Shell et ConocoPhillips.

Depuis l'ouragan Sandy, qui a fait plus de 40 morts à New York en octobre 2012 et coûté 42 milliards $ à l'Etat de New York, la capitale financière américaine a fait de la lutte contre le changement climatique une priorité.

Selon Bill de Blasio cette décision doit contribuer à la "défense des générations futures " et les compagnies pétrolières doivent maintenant "assumer les coûts nécessaires pour rendre la ville de New York plus sûre et résiliente ". Le maire les accuse d'avoir activement contribué au réchauffement climatique et donc à la montée des eaux et des tempêtes plus puissantes. "Ce type d'action en justice, (...) contre une industrie qui propose des produits sur lesquels nous nous reposons tous pour faire fonctionner l'économie et vivre au quotidien, n'est est pas une", a réagi ExxonMobil à l'AFP.

"New York a annoncé que les dommages, éventuellement alloués par la justice, contribueraient au financement des mesures prises par la Ville pour lutter contre les conséquences du changement climatique", a annoncé la municipalité, qui a lancé un programme d'investissement de 20 milliards de dollars. Cela représente environ cinq milliards sur les quelques 190 milliards de dollars d'actifs de ces cinq fonds. "Ces cinq dernières années, les conseils municipaux de plusieurs villes et villages ont décidé de se délester complètement de leurs investissements dans des sociétés actives dans les énergies fossiles", nuance Brett Fleishman, analyste senior pour l'association écologiste 350.org interrogé par Reporterre, avant de préciser qu'il s'agissait de budgets bien plus faibles qu'à New York.

Fin décembre, le gouverneur de l'État de New York, Andrew Cuomo, avait indiqué vouloir geler des investissements du fonds de pension des fonctionnaires de l'État (NYSCRF) dans les énergies fossiles, ainsi qu'un plan de désengagement.

En 2015, le Parlement de Californie avait déjà voté une loi contraignant les deux principaux fonds de pension publics de l'Etat à céder leurs actifs liés au charbon. Ce processus pourrait durer jusqu'à 2022 et rejoint des initiatives similaires déjà lancées par d'autres grandes villes américaines comme San Francisco et Seattle. Les impacts de ces bouleversements devraient coûter des milliards de dollars aux villes au cours des prochaines décennies.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL