Notre-Dame-des-Landes : pour Manuel Valls, "c'est une erreur d'avoir abandonné"

Pierre Vaugeois
Janvier 21, 2018

Pour Manuel Valls, le choix d'abandonner le projet de Notre-Dame-des-Landes "peut légitimer des minorités violentes, radicales, qui se sont opposés à ce projet par la violence à l'égard des forces de l'ordre, de la presse, des habitants".

Nous espérons à présent que l'abandon de ce projet aura pour conséquence une réelle amélioration de l'aéroport de Nantes-Atlantique, permettant des conditions de travail dignes pour les travailleurs·euses de la zone aéroportuaire, actuellement maltraîté·es par la multitude de boîtes sous-traitantes qui les exploitent. "Les discussions, hier, ont été très constructives (.) Donc j'ai bon espoir que nous trouverons un accord en bonne intelligence avec Vinci".

Contribuables. Le ministre de l'Economie et des Finances s'est voulu rassurant vis-à-vis des contribuables: "Par conséquent la facture (.) sera la plus réduite possible pour le contribuable", a poursuivi le ministre, qui a refusé de donner un chiffre concernant l'indemnisation de l'ex-concessionnaire.

Il est facile d'imaginer que cette compensation soit réduite, au bénéfice, peut-être, d'accords sur d'autres chantiers. La veille, le ministre s'était entretenu avec le PDG de Vinci, Xavier Huillard, ainsi que la ministre des Transports Elisabeth Borne.

"Tout est sur la table", a-t-il expliqué. "L'agrandissement de Rennes, l'agrandissement de Nantes Atlantique, le développement des liaisons ferroviaires, tout ce qui permet au Grand Ouest de se développer".

Après des décennies de lutte et une dizaine d'années d'occupation, quelques années après l'échec d'une opération militaire visant à expulser la Zad, la décision d'abandon du grand projet inutile et imposé de délocalisation de l'aéroport de Nantes à Notre-dame-des-Landes a enfin été annoncée ce 17 janvier. "Nous discutons de gré à gré" avec Vinci, a insisté le ministre, qui s'est par ailleurs engagé à publier "de manière très transparente le résultat" des négociations engagées avec le géant du BTP.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL