Rencontre tendue ce vendredi entre Bercy et Lactalis — Lait contaminé

Evrard Martin
Janvier 14, 2018

Elargissant le précédent rappel qui courait à partir de février 2017, le ministre Bruno Le Maire souhaite ainsi mettre un terme à une crise sanitaire d'autant plus retentissante qu'on apprenait quelques minutes après son point presse qu'un cas de salmonellose avéré avait été découvert en Espagne concernant un bébé ayant consommé de ce lait infantile contaminé. La campagne de retrait et de rappel ne concerne pas que le territoire national, car Lactalis exporte ses produits dans une soixantaine de pays. Stéphane Clisson, porte-parole de la Confédération Paysanne des Deux-Sèvres, est scandalisé:

C'est intolérable qu'aujourd'hui, en France, le pays où la santé alimentaire est la plus sécurisée, on arrive à donner du lait contaminé à nos enfants.
Un autre cas reste à confirmer en Grèce. Lactalis, dont il s'agit, a donc décidé de revenir le soir-même, sur sa gestion de la crise qu'il traverse depuis un mois: la contamination de plusieurs de ses laits infantiles par une bactérie, la salmonelle.

"Le cas grec ne l'est pas, mais il y a des signes", a-t-il ajouté. Mais ils refusent d'être cloués seuls au pilori.

Ces trois ministres ont de nouveau défendu l'attitude de l'Etat, estimant qu'il n'y avait pas eu de défaillance et que ses services avaient au contraire "fait leur travail", en réponse aux critiques qui se font entendre ces derniers jours.

La contamination par des salmonelles de lait pour bébé Lactalis, fabriqué dans cette usine, vire à la catastrophe industrielle et a pris une dimension politique avec les demandes gouvernementales de sanctions. Les contrôles déjà effectués ont permis de retrouver des boîtes de lait potentiellement contaminées dans des supermarchés, mais aussi dans des pharmacies, des crèches et des hôpitaux.

Comment les lots contaminés aux salmonelles ont-ils pu rester dans les rayons? Cette contamination, qui concernait seulement l'environnement du site et non les produits, n'a été révélée au public que début décembre. Il a alors annoncé lors d'un point-presse que le géant laitier s'était engagé à reprendre toutes les boîtes de lait infantile, produite dans son usine de Craon. Le ministère de l'Agriculture avait pour sa part affirmé début janvier n'avoir " pas eu connaissance " des résultats des auto-contrôles menés par le groupe.

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, interrogée par Europe 1, avait déploré une "forme de résistance" de Lactalis pour le retrait de lots.

En France, les autorités sanitaires faisaient état de 35 nourrissons atteints de salmonellose et ayant consommé un lait ou un produit d'alimentation infantile de l'usine Lactalis incriminée.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL