Theo Francken décrit comme le "Trump flamand" par le New York Times

Claudine Rigal
Janvier 12, 2018

Suite à cela, Theo Francken n'a pas hésité à réagir et a indiqué ne pas comprendre cette comparaison.

Ce n'est pas la première fois que le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration est mis sur le grill par les médias américains pour sa politique d'asile. Il pointe également l'entêtement du Secrétaire d'État et sa ferme volonté de garder le même cap sur ce dossier, malgré le tollé suscité et les appels à la démission. Francken appréciera, quelques jours après déjà un premier tacle de Van Rompuy qui avait qualifié Charles Michel de "marionnette de la N-VA". "Il ridiculise ses détracteurs sur les réseaux sociaux, se plaint de 'fake news', polarise le débat public et divise l'opinion", conclut le parlementaire CD&V.

Theo Francken a sûrement dû s'étrangler en lisant le large article que consacre le New York Times à l'affaire des réfugiés soudanais. Je ne suis définitivement pas un 'extrémiste anti-immigration' comme le soutient fortement le Washington Post.

Theo Francken répond à ces critiques dans une vidéo publiée sur son compte Twitter. "Je ne suis pas anti-immigration et ne l'ai jamais été (...) Je suis pour la migration lorsqu'elle est bien contrôlée".

Il ajoute: " (.) Depuis plus de 30 ans, la migration a été un désordre complet. Mais nous avons besoin de lignes claires, tant pour les arrivants que pour le pays hôte. Je pense que nous avons besoin d'une approche différente. "Si tel était le cas, je ne pourrais pas m'y reconnaître", conclut Theo Francken.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL