Trois soldats français ont été blessés dans un attentat — Mali

Claudine Rigal
Janvier 13, 2018

Au Mali, un attentat contre la force Barkhane a blessé trois militaires français.

Cette attaque contre le convoi blindé français, qui circulait entre Ménaka et Indelimane, est intervenue le 11 janvier, date anniversaire du déclenchement de l'opération Serval, le 11 janvier 2013. "Des gens de Ménaka qui ne représentent rien vont mentir aux militaires français, qui ne vérifient pas bien les choses avant d'arrêter les gens", a ajouté cette source, en réclamant la "libération sans condition des personnes arrêtés".

Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 13h du 12/01/2018 présenté par Jean-Pierre Pernaut sur TF1.

Dans son communiqué, la force française affirme que "cette opération reposait sur le travail permanent mené par Barkhane, en liaison avec les autorités maliennes et nigériennes, de recherche et de caractérisation de la menace terroriste dans cette région".

En fin de journée, l'organisation jihadiste d'Adnan Abou Walid Sahraoui, qui a prêté allégeance au groupe Etat islamique (EI), a revendiqué cette attaque via un communiqué.

D'après un recensement effectué par l'Agence France-Presse sur les champs de guerre du Mali, 18 militaires ont été tués depuis le commencement de l'opération militaire française Serval et celle qui l'a prolongée, l'actuelle Barkhane étendue à cinq pays du Sahel au mois d'août 2014.

Quelque 12 000 Casques bleus composent la Mission des Nations unies au Mali (Minusma), tandis que la force française Barkhane compte 4 000 hommes dans la région.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL