Un détenu islamiste blesse trois surveillants — Pas-de-Calais

Claudine Rigal
Janvier 11, 2018

Peu de temps après les faits, le ministère de la Justice a confirmé l'incident en affirmant que le pronostic vital des trois blessés n'était pas engagé.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter. L'un des surveillants grièvement blessé à été transporté en urgence à l'hôpital. Le détenu, qui était à l'isolement, avait demandé à sortir temporairement de sa cellule pour passer une communication téléphonique. Il a profité de cette sortie pour, alors, se jeter sur les surveillants armé d'un couteau et de ciseaux.

Selon le délégué local du syndicat FO Pénitentiaire, le surveillant le plus touché souffre d'une " plaie importante au cuir chevelu après avoir esquivé un coup à la carotide ". Le deuxième agent a ceinturé le détenu, qui lui a mis des coups de couteaux au niveau du front. Un autre a reçu "une griffe" au cou et un troisième se plaint d'une "ecchymose".

L'agresseur est l'Allemand Christian Ganczarski, soupçonné d'être le cerveau de l'attentat dans une synagogue à Djerba en 2002, qui a fait 21 morts et pour lequel il a été condamné en février 2009 à 18 ans de prison.

"Un détenu, qui finit de purger une longue peine et qui risque de faire l'objet d'une extradition vers les États-Unis, a agressé légèrement trois agents à l'arme blanche", a déclaré Alain Jégo, directeur interrégional des services pénitentiaires. " C'est pour cela qu'il avait été placé à l'isolement": il avait cessé de jouer le jeu et de dissimuler son vrai visage.

Après l'agression de trois gardiens de la prison de Vendin-le-Vieil, dans le Pas-de-Calais, le parquet antiterroriste de Paris s'est saisi des faits et lance une enquête pour tentative d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste. Les investigations ont été confiées à la DGSI et à la SDAT. Cliquez sur: Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL