Un nanosatellite français pour ausculter une exoplanète

Alain Brian
Janvier 11, 2018

Aujourd'hui devrait être lancé un minuscule satellite, équipé d'un microtélescope, de façon à étudier au plus près la star actuelle des étoiles flanquées d'une exoplanète, Beta Pictoris. Le décollage est prévu à 4 h 58, heure française (3 h 58 GMT) depuis le centre spatial de la presqu'île de Sriharikota, au centre-est de l'Inde.

Beta Pictoris est une jeune étoile située à 63,4 années-lumière de la Terre et seulement âgée d'une vingtaine de millions d'années.

Une équipe française, dirigée par l'astrophysicienne Anne-Marie Lagrange, a découvert en 2009 une planète gazeuse géante, Beta Pictoris B, dans ce système solaire. Elle est sept fois plus massive que Jupiter, qui tourne autour de son étoile à 1,5 milliard de kilomètres de distance.

"Lors d'une conférence en 2014 consacrée à cette exoplanète, nous nous sommes dits que, vu de la Terre, elle devrait passer devant son étoile en 2018", raconte Sylvestre Lacour, astrophysicien au CNRS et responsable de la mission PicSat. Observer ce transit, qui se reproduit tous les 18 ans, permettrait de déduire la taille exacte de l'exoplanète, l'étendue et la composition de son atmosphère, et sa composition chimique.

Illustration d'artiste de l'exoplanète Beta Pictoris b et de sa lointaine étoile, Beta Pictoris. " Mais ils commencent à séduire les scientifiques en raison de leur temps de développement court comparé aux dizaines d'années requises par les gros satellites ", explique Pierre Drossart, le directeur du Lesia. Ces engins spatiaux lilliputiens constitués de l'assemblage d'une ou de plusieurs unités cubiques de dix centimètres de côté chacune - PicSat en compte trois - ont été imaginés en 1999 outre-Atlantique afin de permettre à des universités d'envoyer, à coûts réduits, des instruments dans l'espace.

Prévu pour fonctionner pendant un an, PicSat bénéficiera d'un point d'observation de premier plan et en continu pour ne pas rater le transit. Mieux encore, toute personne, où qu'elle habite, peut s'inscrire sur le site Internet PicSat.obspm.fr pour suivre les mises à jour et, si elle le souhaite, faire partie du réseau radio.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL