Une dizaine de plaintes contre Lactalis — Lait contaminé

Xavier Trudeau
Janvier 9, 2018

Le premier groupe français de grande distribution, E. Leclerc, a reconnu mardi avoir vendu des reliquats de produits Lactalis concernés par le rappel à l'international du 21 décembre dans certains de ses magasins.

Une révélation qui fait suite au scandale de la découverte de salmonelle dans des laits infantiles fabriqués par Lactalis, et qui s'était soldée par le retrait de près de 7.000 tonnes de produits dans plusieurs pays, y compris au Maroc.

Pour le moment, l'organisation de défense des consommateurs ne prévoit pas de commencer une action collective contre Lactalis, bien qu'elle ait joint sa plainte à celle de l'association des familles victimes.

Ce rappel, consécutif à la découverte d'une contamination aux salmonelles à l'usine Lactalis de Craon (Mayenne), portait sur l'ensemble de la production de ce site depuis février 2017. Au total, 154 843 produits ont été retirés des rayons depuis le 21 décembre et 5 659 ramenés par les clients.

Cela fait suite à l'identification d'un problème dans le magasin Leclerc de Seclin (Nord) après avoir effectué un "audit interne de vérification de la bonne application des mesures de retrait des produits de l'entreprise Lactalis". Le distributeur procède à "un audit des procédures afin d'identifier précisément les raisons de ce dysfonctionnement et de mettre en place les mesures correctives nécessaires ".

Les consommateurs qui ont acheté les produits incriminés sont identifiés et ils sont actuellement "contactés individuellement " par les directions des magasins concernés, ajoute-t-il.

Un numéro vert (01 71 53 51 20) a été ouvert et la direction du distributeur précise que " l'administration compétente " a été informée. "Les infections à Salmonella agona surviennent dans les 3 jours suivant l'ingestion, et provoquent un tableau de gastro-entérite avec des vomissements, une diarrhée parfois sanglante et fébrile dans la majorité des cas" rappelle la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRf) ainsi que la direction générale de la santé (DGS).

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL