Une situation "incompréhensible", selon Agnès Buzyn — Lactalis

Evrard Martin
Janvier 12, 2018

Le "dossier Lactalis" est loin d'être clôt. "Visiblement, les circuits d'achat dans certains hôpitaux peuvent se faire par la cantine ou la pharmacie, on est en train de faire un retour d'expérience parce que c'est incompréhensible, vu le nombre d'alertes reçues par les établissements de santé et le nombre d'alertes reçues par les pharmacies, à partir du Conseil national de l'ordre des pharmaciens", a déclaré vendredi Agnès Buzyn, ministre de la Santé, dans la matinale d'Europe 1.

"Il y aura des suites". "C'est incompréhensible, et c'est totalement de la responsabilité, soit de ces établissement, soit des pharmaciens".

"On est en train de faire une enquête concernant les hôpitaux incriminés", a-t-elle précisé. C'est ce que l'on appelle 'alerte de la DGS', ce sont des alertes sanitaires graves et tout le monde les comprend. "Les industriels sont en première ligne de la responsabilité sanitaire", a-t-elle rappelé. Au 9 janvier, les autorités de santé avaient recensé 35 nourrissons atteints de salmonellose et ayant consommé un lait ou un produit d'alimentation infantile de l'usine Lactalis incriminée.

Selon une étude Ifop pour la Fondation Jean Jaurès et l'observatoire Conspiracy Watch, publiée dimanche, près de huit Français sur dix adhèrent à au moins une des grandes "théories du complot".

Le groupe Lactalis va devoir s'expliquer ce vendredi devant le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, qui a convoqué sa direction et dénoncé une " entreprise défaillante ". "A ma connaissance aujourd'hui, les derniers cas signalés vraiment liés à la contamination datent de début décembre", a ajouté Mme Buzyn.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL