Wauquiez: avec Macron les immigrés clandestins seront de plus en plus nombreux

Claudine Rigal
Janvier 14, 2018

Dans une interview au JDD dimanche, le président de LR s'en prend à la politique fiscale du gouvernement, dénonçant "un acharnement contre les classes moyennes" et des retraités "sacrifiés". J'y vois un mépris du président pour la France des territoires, cette France des gens modestes qui prennent leur voiture pour aller travailler et qui, eux, ne profiteront pas des dispositions sur les produits financiers.

Un mois après son élection à la tête des Républicains, Laurent Wauquiez n'a rien perdu de son caractère offensif.

Comme promis par Emmanuel Macron lors de sa campagne, les salariés du privé bénéficieront d'une baisse des cotisations chômage et maladie en deux temps, en janvier et à l'automne 2018. "Par contre, ils payeront la facture de la hausse du diesel, de l'essence, des contrôles techniques, voire les amendes avec les nouvelles règles s'ils dépassent les 80km/h!". Mais autant il est passé maître dans l'art de la communication virtuelle, autant il est bien timoré quand il s'agit de passer aux actes. "Ils seront même de plus en plus nombreux", a-t-il ajouté, regrettant qu'"on s'attaque à l'asile, mais pas à l'ensemble de la politique migratoire". Les ordonnances sur le Code du travail? La réforme de l'État? Aucune décision n'a été prise. Avec Emmanuel Macron, les immigrés clandestins resteront sur notre sol.

Augmentation du nombre de reconduites à la frontière, allongement de la durée de rétention des étrangers, renforcement des mesures d'intégration: le gouvernement envisage de réformer la politique migratoire, à la fois plus digne dans l'accueil des étrangers ayant obtenu l'asile, et plus stricte dans la reconduite des déboutés.

Le chef de file des Républicains a également été interrogé sur la laïcité, soulignant que l'" on attend toujours [le] grand discours sur la laïcité " du président, qui, selon lui, " fuit le sujet ".

Il a jugé "choquants" les propos prêtés à M. Macron sur la "radicalisation de la laïcité", rapportés par des représentants des cultes reçus à l'Elysée en décembre: "que je sache, aucun Français n'est mort victime de la 'radicalisation de la laïcité!'", a souligné le président de la région Auvergne Rhône-Alpes. La radicalisation qu'il faut combattre, c'est celle de l'islamisme.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL