Algérie: Hausse de plus de 12 % des crédits à l'économie en 2017

Xavier Trudeau
Février 15, 2018

Il sera aussi exigé de constituer une provision financière préalable, couvrant 120% du montant de l'importation, au moment de la domiciliation, devant intervenir au moins 30 jours avant l'expédition des marchandises, note cette nouvelle instruction. La collecte de ces ressources en circulation en dehors du circuit bancaire, souligne M. Loukal, doit constituer une priorité dans la stratégie des banques commerciales. M. Loukal soutient qu'elle n'est pas d'origine monétaire, la masse monétaire ne s'étant accrue que très légèrement.

D'autre part, M. Loukal a noté, à propos du taux de change de la monnaie nationale, un recul de 15,36 % par rapport à l'euro en 2017, contre une croissance de 0,59% en 2016.

Les importations ont de leur côté poursuivi leur baisse passant à 48,7 mds USD en 2017 contre 49,7 mds USD en 2016.

Mohamed Loukal, qui s'exprimait devant les parlementaires et cité par les médias publics, a indiqué que les réserves de change étaient à 114,1 milliards de dollars à la fin décembre 2016, ce qui donne une baisse du matelas de devises de l'ordre de 16,8 milliards de dollars (mds usd) entre fin décembre 2016 et fin décembre 2017.

Rappelons qu'en 2017, les autorités algériennes ont tablé sur des réserves de change à 85,2 milliards $ en 2018 et 79,7 milliards $ en 2019.

Une croissance économique de 2,2% a été enregistrée en 2017 en dépit d'un fort recul de la cadence de croissance des hydrocarbures. Même tempo pour les exportations hors hydrocarbures. Dans le domaine des changes, le gouverneur de la Banque d'Algérie a évoqué une stabilisation relative du cours du dinar durant les 9 premiers mois de l'année 2017 par rapport à la même période de l'année 2016.

Aussi, a-t-il affirmé, après avoir chuté à 512 milliards de dinars en septembre dernier, le niveau global de la liquidité bancaire s'est amélioré pour atteindre quelque 1400 milliards de dinars à fin 2017, grâce surtout, a-t-il expliqué, à la réactivation par la BA des instruments de refinancement des banques primaires (réescompte et open-market), mais aussi à la mise en place du dispositif de financement interne non conventionnel.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL