Après avoir tué mère et frère, il échappe de peu à la peine de mort grâce à son père — Texas

Claudine Rigal
Février 24, 2018

Bart Whitaker, un Américain qui avait planifié le meurtre de toute sa famille, a eu sa peine capitale commuée en réclusion à perpétuité juste avant l'heure de son injection létale programmée.

Le père de Bart Whitaker, un fervent chrétien, militait pour un sursis de dernière minute. Il a été entendu. Mais au dernier moment le gouverneur du Texas en a décidé autrement, comme le raconte Le Parisien. Whitaker doit passer le reste de sa vie derrière des barreaux, en punition pour son crime atroce. Le détenu de 38 ans ne bénéficiera d'aucune possibilité de libération conditionnelle. En apprenant cette décision, Bart Whitaker s'est dit "reconnaissant pour cette décision, pas pour moi mais pour mon père". Très croyant, Kent qui était lui aussi visé par l'assassinat commandité, a déclaré avoir pardonné à son fils "grâce à Dieu".

En 2003, Bart avait en effet engagé un tireur, lui donnant pour instruction d'exécuter ses parents et son frère, contre lesquels il avait accumulé toute sa haine. Il avait mis en scène un faux cambriolage un soir où ils rentraient tous les quatre du restaurant. Sa mère âgée de 51 ans et son frère de 19 ans ont été tués, mais son père Kent Whitaker, âgé de 69 ans, gravement blessé d'une balle de 9mm sur le thorax, a survécu. Et je suis pleinement conscient que ces pertes ont été provoquées par mon fils.

"Dieu m'a aidé à parvenir à ce pardon intégral". Je pense qu'il l'a fait pour m'aider à retisser ma relation avec mon fils', a-t-il ajouté. Ce condamné à la peine capitale pour le meurtre d'une étudiante en 1993 a été mis à mort à 19h05 locales (00h05 GMT vendredi).

Enfin, au terme d'une soirée particulièrement éprouvante, l'Etat de l'Alabama a dû renoncer à exécuter Doyle Hamm, qui a passé trois décennies dans le couloir de la mort. Il a été condamné en 1987 pour le meurtre de l'employé d'un motel au cours d'un vol à main armée. Notre client, n'ont-ils cessé d'affirmer, ne dispose pas d'un réseau veineux suffisamment solide et visible pour permettre la perfusion.

Les condamnés à mort aux Etats-Unis sont d'ordinaire perfusés dans les bras ou les mains.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL