Condamnée pour avoir exploité une adolescente 18 heures par jour — Esclavage moderne

Claudine Rigal
Février 20, 2018

Le tribunal correctionnel de Nanterre a condamné une quinquagénaire à dix-huit mois de prison avec sursis pour avoir exploité sa cousine pendant cinq ans à Châtenay-Malabry. La jeune fille originaire du Mali était contrainte de travailler plus de 15 heures par jour sans repos ni rémunération.

Elle imposait des travaux domestiques à une adolescente, de l'aube à la tombée de la nuit. C'est pour "exécution d'un travail dissimulé", "aide à l'entrée ou au séjour irréguliers d'un mineur étranger en France" et "soumission d'un mineur à des conditions de travail et d'hébergement indignes", que la prévenue a été condamnée.

Celle qui n'était qu'une adolescente se retrouvait à être au service de sa cousine jusqu'à 18 heures par jour, sept jours sur sept, sans recevoir aucune gratification et en ayant vu ses papiers d'identité confisqués. Le tout pour une maisonnée de neuf personnes, dont cinq enfants. "Elle dormait sur un matelas à même le sol et subissait régulièrement des violences physiques et psychiques", énumère l'avocate de la partie civile interrogée par nos confrères du Figaro. La jeune Astran commençant à suivre des cours d'alphabétisation, elle se décide sur les conseils d'un garçon à s'enfuir de l'appartement. Elle est alors assistée par le Comité contre l'esclavage moderne (CCEM) pour débuter la procédure contre sa cousine.

La quinquagénaire nie les coups et la privation de nourriture. L'adolescente se voit obliger de faire des travaux domestiques pendant cinq ans au domicile familiale. "Au lieu de vivre comme une enfant, d'aller à l'école, d'avoir des amis, des loisirs, elle a fait le ménage", a-t-il déclaré lors du procès.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL