Interdiction des œufs de poules en batterie en 2022 — Alimentation

Xavier Trudeau
Février 19, 2018

C'était une promesse de campagne d'Emmanuel Macron.

Le ministre de l'Agriculture a annoncé dimanche l'interdiction des élevages en batterie pour les "œufs coquilles" d'ici 2022. "C'est un engagement de campagne, il sera tenu". Seuls 18% des œufs sont issus d'élevage en batterie, et 7% d'une agriculture biologique.

Une bonne nouvelle donc, mais cette interdiction ne s'appliquera qu'aux "œufs coquilles", à savoir ceux que l'on trouve en boîtes ou en vrac dans les magasins. Les œufs déjà cassés, disponibles pour les professionnels, n'auront pas cette obligation. Le groupe Nestlé a quant à lui annoncé en novembre 2017 qu'il n'utilisera plus d'œufs de poules élevées en cage dans l'élaboration de tous ses produits d'ici 2020 en Europe et aux États-Unis et d'ici 2025 dans le reste du monde.

"Les déclarations du ministre posent encore question", insiste Johanne Mielcarek, responsable agroalimentaire pour L214, puisque la mesure envisagée par le gouvernement "inclut la possibilité d'avoir encore des oeufs d'élevage dits au sol, des élevages en bâtiments fermés, certes sans cage, mais sans accès au plein air", précise-t-elle. De nombreux fabricants ont aussi décidé de bannir dans leurs produits les œufs de batterie.

Pour la filière, l'enjeu est de taille: 68% des poules pondeuses en France sont encore élevées dans des élevages en batterie.

La décision du gouvernement va en tout cas dans le sens de l'opinion publique. Selon une enquête YouGov commandée par L214, une association qui milite pour le bien-être animal, 90% des Français pensent que l'élevage en batterie devrait être interdit au profit de l'élevage de plein air. Des militants étaient mobilisés à Chartres, à Troyes, à Toulon ou encore à Clermont-Ferrand pour "sortir les poules de l'enfer des cages". Mais, pour cela, il lui faudra donc attendre encore un peu.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL