La Bourse de Paris en léger recul, séance terne — Marché

Xavier Trudeau
Février 23, 2018

Le groupe Casino gagnait en revanche 0,85% à 46,15 euros après que sa filiale, l'enseigne de distribution en centre-ville Monoprix, a annoncé être entrée en négociations exclusives en vue d'acquérir le chausseur en ligne Sarenza.

La Bourse de Paris devrait confirmer lundi à l'ouverture son rebond de la semaine dernière, qui avec des gains de 4% s'était inscrit comme l'une des meilleurs semaines boursières depuis début 2016.Vers 8h15, le contrat futur sur l'indice CAC 40 - livraison mars - avance de 12 points à 5290 points, annonçant une ouverture en territoire positif. La veille, l'indice avait fini en repli de 0,48%.

Le marché a été "extrêmement calme", les investisseurs n'ayant "pas eu grand-chose à se mettre sous la dent" lors de cette séance qualifiée de "transition, entre absence de données fondamentales macro-économiques et fermeture des marchés", a analysé pour l'AFP Frédéric Rozier, gestionnaire de portefeuille de Mirabaud France.

"En plus de la faible participation" due à l'absence des marchés américains qui célèbrent le "jour des présidents" et celle des marchés chinois en raison du Nouvel An chinois, la cote parisiennne n'a "pas envie d'accélérer au-delà de la zone des 5.280 points", considérée comme un point pivot, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, "la saison des résultats est en train de se finir doucement à Wall Street, elle a été globalement très bonne aux Etats-Unis et plutôt bonne partout ailleurs" donc les investisseurs sont "dans une situation d'attente", selon la spécialiste.

Euronext baissait de 2,33% à 52,35 euros, sans profiter de la publication lundi d'un bénéfice net en hausse de 22,5% à 241,3 millions d'euros pour l'année 2017.

Veolia cédait 0,64% à 19,48 euros.

Schneider Electric, qui détiendra 70,69% du capital de l'éditeur français de logiciels IGE+XAO à l'issue d'une offre publique d'achat, a reculé de 0,36% à 71,90 euros.

ADP avançait de 2,13% à 167,40 euros, profitant d'une hausse de 31,2% de son bénéfice net en 2017 à 571 millions d'euros, porté par un trafic dynamique et le développement du groupe à l'international.

Vivendi ne semblait guère affecté (+0,38% à 21,04 euros) alors que la médiation engagée pour tenter de régler le contentieux l'opposant à l'italien Mediaset a échoué, les deux groupes devant désormais régler leur différend devant la justice italienne.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL