La procédure de renouvellement du glyphosate a-t-elle été biaisée?

Claudine Rigal
Février 6, 2018

Le Parlement européen a approuvé, mardi, l'ouverture d'une commission spéciale sur le système de validation des pesticides par les instances européennes. La commission spéciale sera notamment chargée d'examiner " les éventuelles lacunes de l'évaluation scientifique de l'approbation " de produits phytosanitaires comme le glyphosate et si les agences de l'UE ont les moyens humains et financiers d'accomplir leurs missions. Le glyphosate a été réautorisé à la vente pour cinq ans à la majorité qualifiée des Etats-membres, fin novembre.

Une étude financée par Monsanto? Cette commission devra jeter les bases de nouvelles pratiques garantissant transparence et indépendance, et surtout rétablir la confiance des citoyens dans le processus européen. Au cours du long débat qui avait accompagné la procédure de réautorisation du glyphosate, des ONG et des parlementaires avaient regretté que certaines études publiées par l'industrie, et sur lesquelles l'agence européenne de la sécurité des aliments (Efsa) s'était en partie appuyée, n'aient pas été rendues publiques.

Outre la procédure générale d'autorisation de l'UE pour les pesticides, la commission examinera "les possibles défaillances" dans la façon dont les substances sont évaluées et autorisées scientifiquement au sein de l'Union.

"Il y a énormément de raisons qui laissent à penser que le processus de décision qui a abouti à une autorisation comme celle du glyphosate est profondément biaisée et malsain, au profit évidemment des intérêts business", a estimé le coprésident du groupe des Verts Philippe Lamberts (Ecolo).

Le mandat de cette commission, qui comptera 30 membres, sera de neuf mois à compter de sa première réunion. Elle produira ensuite un rapport final présentant ses conclusions et ses recommandations.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL