Le come-back "surprise" de Marion Maréchal-Le Pen... aux États-Unis

Claudine Rigal
Февраля 23, 2018

Elle y prendra la parole à l'occasion de la première des trois journées de l'événement, emboitant le pas au Vice-président des Etats-Unis, Mike Pence, qui lancera les hostilités.

Le président républicain Donald Trump doit, lui, intervenir le lendemain 23 février devant cette même conférence.

Concernant son intervention à Washington, M. Chenu a laissé entendre qu'il s'agissait d'une conférence "payante": "Vous payez pour pouvoir vous exprimer et pour ensuite pouvoir lever des fonds, c'est le système américain", a-t-il dit. Ce regroupement idéologique a été façonné par l'homme de médias Steve Bannon au profit de Donald Trump. "Peser dans la bataille des idées, sans participer au combat électoral", c'est ainsi qu'elle entend poursuivre son engagement politique.

Marion Maréchal-Le Pen a certes quitté la vie politique, mais avec cette prise de parole aux Etat-Unis et ce projet, elle prouve que son intérêt pour la politique n'a aucunement disparu. "La rhétorique de Marion Maréchal-Le Pen sur l'immigration est similaire à celle de Trump mais en langage plus grossier", estime le quotidien.

"En réalité, je veux que l'Amérique passe d'abord pour les Américains, je veux que le Royaume-Uni passe d'abord pour les Britanniques et je veux que la France passe d'abord (France first) pour les Français", a poursuivi Marion Maréchal-Le Pen sous les applaudissements.

Selon le magazine L'Incorrect, elle voudrait "nouer un conservatisme des deux rives ". Si Marion Maréchal-Le Pen cite un contenu pédagogique incluant "management de projet" et "sciences politiques", le cadre, lui, reste sibyllin. Reste à voir les conséquences de son discours ce jeudi à Washington. Elle ne voulait pas impliquer le Front national. "Son entourage indique que l'ex-députée a prévenu sa tante, bien que sa décision ait été prise".

Plus de 10 000 personnes seront présentes à ce rendez-vous incontournable de la vie politique américaine. La forme traditionnelle de la politique a changé. Ca n'augure pas un retour dans l'arène politique. "On verra la suite, si elle veut revenir, de toute façon elle sait très bien que le mouvement est ouvert, il n'y a pas de souci", a ajouté celui qui est également compagnon de Marine Le Pen.

D'autres rapports

Discuter de cet article