Le Conseil d'administration vote pour Stéphane Richard — Orange

Xavier Trudeau
Février 20, 2018

Ce sont toutefois les actionnaires qui se réuniront le 4 mai lors de la prochaine assemblée générale du groupe qui auront le dernier mot. Cela lui vaut aujourd'hui le soutien des salariés, deuxième actionnaire du groupe avec 5,37% du capital.

Stéphane Richard est sur la bonne voie pour être reconduit à la tête d'Orange pour un troisième mandat.

" Les administrateurs du Groupe ont été convaincus par le bilan positif de Stéphane Richard depuis huit ans à la tête d'Orange où il a su renouer avec une dynamique sociale et économique malgré un contexte concurrentiel difficile en France et à l'international", peut-on lire dans un communiqué. L'opérateur était en effet profondément marqué par une série de suicides intervenue entre 2008 et 2009, sous le mandat de son prédécesseur, Didier Lombard.

Une épée de Damoclès est cependant suspendue au-dessus de la tête de M. Richard, mis en examen en tant qu'ex-directeur de cabinet de la ministre de l'Economie Christine Lagarde, dans l'affaire de l'arbitrage Tapie et qui doit être jugé pour "complicité d'escroquerie" et "complicité de détournement de fonds publics".

"Si jamais dans le cours de cette procédure judiciaire il devait y avoir une condamnation, il remettrait immédiatement son mandat et démissionnerait", avait souligné Bruno Le Maire en janvier. Aucun autre candidat ne s'est officiellement déclaré pour tenter de briguer la tête d'un groupe présent désormais dans près d'une trentaine de pays. Orange a également renforcé sa position en Espagne, son deuxième marché européen, avec l'acquisition de Jazztel, finalisée en mai 2015, qui lui permet de se placer derrière Telefonica. Orange s'est également diversifié, avec Orange Cyberdéfense, dans la cybersécurité, Orange HealthCare et, en novembre dernier, Orange Bank, banque 100% mobile pour laquelle l'opérateur revendiquait 50.000 clients en fin d'année.

Stéphane Richard devrait bel et bien rester PDG d'Orange.

L'Etat dispose de trois représentants au conseil d'Orange, dont il détient 23% du capital via l'Agence des participations de l'Etat et bpiFrance.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL