Le jeune tueur présenté comme un "déséquilibré" — Floride

Evrard Martin
Février 18, 2018

Selon cette organisation qui étudie la mouvance nationaliste aux Etats-Unis, Nikolas Cruz, 19 ans, participait régulièrement à des réunions avec ce groupuscule nommé " Republic of Florida ".

Une vive émotion résonnait dans la voix de Lori Alhadeff, mère d'une des victimes de la fusillade en Floride, au moment d'être interrogée par CNN.

"Aucun enfant, enseignant ou quiconque, ne devrait jamais se sentir en danger dans une école américaine", a tweeté le président Donald Trump dans l'après-midi. Plusieurs élèves scolarisés dans le lycée visé par l'attaque ont violemment attaqué le président Donald Trump.

Après une nuit d'interrogatoire par la police du comté de Broward, le jeune homme a été transféré dans une prison locale en Floride et inculpé de 17 chefs d'inculpation pour meurtres avec préméditation, selon les médias locaux.

En milieu de soirée, les autorités n'avaient toujours pas réussi à identifier 5 des 17 victimes, parmi lesquelles se trouvaient aussi bien des élèves que des enseignants. "Il était un peu bizarre, déprimé après la mort de sa mère, mais qui ne le serait pas?".

Des centaines d'habitants de Parkland se sont rassemblés pour une veillée collective à la mémoire de leurs camarades à la nuit tombante.

Nikolas Cruz a été renvoyé pour avoir proféré des menaces contre des étudiants l'année dernière, a raconté au Miami Herald son ancien professeur de mathématiques, Jim Gard.

Il n'a pas précisé quand il allait rencontrer les victimes, mais il a prévu de se rendre dans sa résidence de Mar-a-Lago, qui se trouve non loin de Parkland, pour le long week-end de President's Day.

Le long de la route vers l'école, des pancartes récemment posées affichent: "No guns 4 kids" ("Pas d'armes pour les enfants").

"Mon Alyssa n'est plus". "Les Américains en ont assez".

Comme en écho, le sénateur républicain de Floride Marco Rubio a martelé que "ceci pourrait arriver n'importe où".

Chaque tuerie par arme à feu endeuillant les Etats-Unis ouvvre un cycle immuable de réactions horrifiées, suivies de prières et d'indignation, avant que les divisions politiques ne débouchent sur une impasse législative.

Cheveux châtain coupés court, yeux noisette et un visage parsemé de taches de rousseur: à 19 ans, il a comparu jeudi en combinaison orange de prisonnier, tête baissée face à la juge qui lui a signifié son maintien en détention sans possibilité de libération sous caution.

Il a aussi écrit qu'il abattrait des gens avec son arme d'assaut AR-15 et avait identifié la police et des manifestants antifascisme comme autant de gens " méritant " de subir sa vengeance.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL