Le rapport alarmant remis au ministre de l'Intérieur — Laïcité

Claudine Rigal
Février 22, 2018

"Laïcité, valeurs de la République et exigences minimales de la vie en société": le rapport, signé Gilles Clavreuil, ex Monsieur laïcité et proche de Manuel Valls, a été commandé par le ministère de l'Intérieur.

Des "contestations de la laïcité".

Les trois monothéismes pointés du doigt.

Cinq mesures. Gilles Clavreul assure en outre que "la République se tend sous l'effet d'une foi de plus en plus ouvertement revendiquée", dans les lieux où la population musulmane est présente. Le préfet en conclut que "l'adhésion aux principes républicains recule par endroits" et que ce "fléchissement de la mobilisation doit être corrigé". Pour garantir le respect de la laïcité, le texte préconise certaines mesures fortes. Ainsi, il propose de "conditionner le soutien de l'État (attribution de subvention, agrément, soutien à un événement) à l'engagement de respecter et promouvoir " ces valeurs. Dans ce document, Gilles Clavreul explique prendre en compte " un large champ de problématiques ayant trait, d'une part, au respect et à la promotion et à la relation avec les cultes [?] et touchant, d'autre part, aux problématiques mettant en évidence ou ayant pour origine l'expression d'une conviction ou d'une pratique religieuses qui, sans ressortir à une atteinte à la laïcité, mettent en jeu certains principes de vie en société ". Le quotidien précise qu'il s'agit d'élargir le personnel formé et de cibler "les adultes-relais, les membres des conseils citoyens, les agents des collectivités locales, les éducateurs sportifs, les intervenants dans le secteur péri-scolaire, les professionnels de la petite enfance, les acteurs de la prévention spécialisée, les agents du service public de l'emploi, ou encore les personnels de la fonction publique hospitalière ". Il propose également de "renforcer les exigences de formation à la laïcité et aux valeurs de la République du brevet d'aptitude à la fonction d'animateur (BAFA) et au brevet d'aptitude à la fonction de directeur (BAFD)". Le but, réduire les "zones d'ombre " en matière de connaissance des dérives. Une instance serait ainsi constituée au niveau régional, et auprès de laquelle les administrations pourraient évoquer les situations conflictuelles et solliciter un avis.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL