Le taux de chômage au "plus bas niveau depuis 2009"

Solenn Plantier
Février 15, 2018

Le nombre de chômeurs diminue donc de 205 000 au dernier semestre 2017, se stabilisant à 2,5 millions de personnes. La définition du chômage au sens du BIT est en effet très stricte: seules sont comptabilisées les personnes en âge de travailler (c'est-à-dire ayant 15 ans ou plus) qui n'ont pas travaillé, ne serait-ce qu'une heure, au cours de la semaine de référence, qui sont disponibles pour travailler dans les deux semaines et qui ont entrepris des démarches actives de recherche d'emploi le mois précédent. Ceux concernant les trois derniers mois de l'année dernière sont étonnants: le taux de chômage baisse en effet de 0,7 point, passant de 9,6% de la population active, à 8,9% (un chiffre qui comprend les départements d'outre-mer). A fin décembre 2017, le taux de chômage du SECO s'élevait à 3,3% pour l'ensemble de la population. Se maintenant sous la barre des 5% depuis sept trimestres, ce taux demeure largement inférieur aux 7,4% constatés en moyenne dans les 28 pays de l'Union européenne ou aux 8,8% affichés par les 19 pays de la zone euro. "Elles constituent le halo autour de chômage", souligne l'Insee. Il reste, malgré tout, à un niveau tristement élevé, à 20,7%. Une baisse qui atteint 0,6 point sur un an. Autre tendance à signaler: le pourcentage de seniors qui travaillent est, lui aussi, orienté à la hausse: pour les personnes âgées de 55 à 64 ans, cet indicateur s'établit à 52,2 % (+ 1,9 point en un an), mais il se situe en dessous des niveaux enregistrés chez bon nombre de nos voisins européens.

Baisse du chômage de longue durée. "Parmi les chômeurs, 1,1 million déclare rechercher un emploi depuis au moins un an ", détaille l'Institut, qui explique que ce taux de chômage de longue durée "diminue de 0,6 point sur le trimestre et de 0,7 point par rapport à fin 2016 ". Ces bons chiffres commencent finalement à payer, alors que Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, a annoncé une baisse "durable et sensible " du chômage d'ici la fin de cette année et en 2019. Jusqu'à présent, l'Insee tablait sur un taux de 9,4 %. mi-2018. Dans le détail, le taux d'emploi en contrat à durée indéterminée (CDI) augmente de 0,2 point sur le trimestre à 49,1% tandis que le taux d'emploi en contrat à durée déterminée (CDD) ou en intérim grimpe de 0,3 point à 8,1 %.

La situation s'est légèrement détendue sur le marché suisse du travail au quatrième trimestre 2017. Par ailleurs, parmi les personnes inactives au sens du BIT, 1,5 million souhaitent décrocher un emploi sans être pour autant comptées comme chômeur.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL