Papadakis-Cizeron, le record du monde n'a pas suffi

Solenn Plantier
Février 20, 2018

Mené par un Martin Fourcade en pleine forme après ses titres olympiques sur la poursuite et la mass-start, le relais mixte de biathlon a toutes les chances de ramener une nouvelle breloque à la France ce mardi.

"C'est arrivé dans les premières secondes du programme".

Le programme court de Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, patineurs artistiques français, qui participent actuellement aux Jeux Olympique d'hiver de Pyeongchang ne s'est pas déroulé comme prévu.

Cette tenue latino, dont Papadakis prenait soin de consolider les agrafes par quelques points de couture avant de patiner, c'est "de loin" la plus chère de sa carrière, disait-elle à l'AFP fin septembre.

Mais il y a eu un passage délicat.

L'incident a atteint son paroxysme à la fin de la chorégraphie, lorsque Mme Papadakis devait se pencher vers l'arrière posée sur les bras de M. Cizeron, ce qui a révélé son mamelon gauche. La scène était en effet retransmise en direct à la télévision.

Si l'on fait exception de quelques ratées en curling, un sport où le Canada s'impose d'ordinaire facilement, notre pays a connu une journée particulièrement brillante lundi à Pyeongchang à commencer par une performance éclatante en danse sur glaceTessa Virtue et Scott Moir ont remporté l'or.

Dubreuil a expliqué que les crochets au col du costume de Papadakis se sont défaits, même s'ils étaient doublement cousus.

"C'est très malheureux mais je dois dire que je ne connais aucune autre fille qui aurait terminé la performance comme elle l'a fait, avec le haut complètement défait, a déclaré Dubreuil". Guillaume la tient par le cou, il l'a sans doute déchiré. "Elle a des nerfs d'acier", admire Marie-France Dubreuil. "Guillaume a essayé de lui remonter pour qu'ils puissent continuer, ils ont fait un travail d'équipe incroyable". Avec 81,93 points, les Français gardent intact leur rêve de sacre olympique, avant le programme libre aujourd'hui, leur point fort. Il faudra tout de même se remettre mentalement de ce double coup dur, sportif et de communication.

L'ironie du sort veut que ce soit celle-là qui lui ait joué un mauvais tour sur la glace de Gangneung en se détachant au pire moment, dès les premiers instants de leur toute première expérience olympique. C'est donc dépités qu'ils ont appris qu'ils avaient deux points de retard par rapport à leurs concurrents canadiens.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL