Tariq Ramadan devant le juge — Agression sexuelle

Claudine Rigal
Février 15, 2018

Elle y fait également part de son inquiétude quant à l'état de santé de son mari. Le théologien suisse est incarcéré depuis deux semaines à la prison de Fleury-Mérogis à la suite de sa mise en examen pour "viol " et "viol sur personne vulnérable ".

Les chances de Tariq Ramadan de sortir de prison sont minces.

Déclarations circonstanciées, réitérées et constantes des plaignantes.

Ce jeudi, la cour d'appel de Paris devra prononcer son maintien en détention provisoire. Et la première décision du juge, dont nous avions pu avoir connaissance à l'époque, est accablante.

Le juge avait évoqué des "risques non théoriques de pression" sur ces dernières et les témoins éventuels et estimait que les garanties de représentation du prévenu étaient "aléatoires".

Dans un communiqué supprimé depuis, le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) a demandé la remise en liberté de Tariq Ramadan dans l'attente de son procès, rapporte le chercheur et consultant sur les questions islamistes, Romain Caillet, sur Twitter. Ils retiennent le danger pour leur intégrité physique et pour celle de leur entourage. L'islamologue possède en outre des "relais financiers et humains" à même de faciliter une éventuelle fuite. L'information judiciaire est actuellement en cours. De gracieux émoluments que l'intellectuel explique auprès de la radio par "un accord avec l'université" pour "gérer son affaire actuelle".

Sa maladie peut-elle peser?

Selon nos confrères du Parisien, le détenu de 55 ans, qui souffre d'une sclérose en plaques et d'une maladie non identifiée, ne pourrait se soigner correctement entre les quatre murs de sa cellule.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL