Un général nord-coréen à la cérémonie de clôture

Claudine Rigal
Février 24, 2018

Des élus de l'opposition sud-coréenne ont manifesté aujourd'hui contre la venue annoncée aux jeux Olympiques d'un haut gradé nord-coréen qu'ils voient comme un "criminel de guerre" méritant rien de moins que la mort pour le torpillage d'un bateau sud-coréen en 2010. Ils estiment en effet que le choix d'Ivanka Trump, la fille et conseillère du président américain, pour diriger la délégation, vise plutôt à féliciter le succès des JO de PyeongChang et non à transmettre un message quelconque quant à la politique nord-coréenne de l'administration Trump.

Ce vendredi, environ 70 parlementaires du Parti de la liberté de Corée ont manifesté devant la Maison bleue, le siège de la présidence sud-coréenne, pour demander au chef de l'Etat Moon Jae-in de ne pas autoriser la venue de la délégation nord-coréenne.

Le ministère a indiqué vendredi dans un communiqué séparé que la participation de la RPDC offrirait une opportunité de dialogue qui pourrait permettre de conclure la paix dans la péninsule coréenne et de renforcer les relations intercoréennes, d'autant plus que Kim Yong Chol est également directeur du Département du Front Uni, responsable des relations intercoréennes.

Kim, ancien chef du Bureau général de reconnaissance, rattaché à l'état-major général de la Corée du Nord, est également soupçonné d'avoir orchestré les deux attaques meurtrières nord-coréennes contre le Sud en 2010, le naufrage du navire de guerre Cheonan et le bombardement de l'île de Yeonpyeong.

Pour la cérémonie d'ouverture, le leader nord-coréen avait dépêché sa soeur Kim Yo Jong qui se trouvait à quelques rangs seulement du vice-président américain Mike Pence.

Il a indiqué qu'aucun contact n'était prévu avec les responsables nord-coréens.

Elle ne lui avait pas parlé mais avait profité de son voyage historique au Sud -le premier d'un membre de la dynastie qui dirige le Nord depuis des décennies- pour inviter le président sud-coréen à un sommet à Pyongyang.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL