13 milliards d'accords signés en Inde, avancée vers 6 EPR — Macron

Xavier Trudeau
Mars 13, 2018

Emmanuel Macron est arrivé vendredi pour sa première visite officielle en Inde, qui durera jusqu'à lundi, avec l'objectif d'accroître des échanges économiques encore modestes et de consolider le partenariat stratégique noué il y a 20 ans, en particulier dans la défense et le nucléaire.

La part française de ces 20 contrats et accords est de 50%, l'autre moitié relevant du principe "make in India" instauré par les autorités indiennes. Le groupe aéronautique Safran doit signer samedi un méga-contrat de 12 milliards d'euros avec la compagnie aérienne indienne à bas prix SpiceJet pour la fourniture et la maintenance de moteurs d'avions. Il s'agit de Boeing 737 MAX, version remotorisée du moyen-courrier du constructeur américain. Les détails exacts de ce marché n'étaient pas connus dans l'immédiat.

Safran a par ailleurs annoncé l'ouverture d'une usine de câblage dans le Telangana (sud de l'Inde).

Le président français souhaite que la France prenne la place du Royaume-Uni comme partenaire de référence de l'Inde en Europe, en profitant du départ des Britanniques de l'Union européenne l'an prochain.

Parmi ces contrats et accords commerciaux figurent un contrat pour la fourniture et la maintenance par Safran de moteurs pour Spice Jet, un contrat avec Suez pour la distribution d'eau potable et la modernisation du réseau de la ville de Devangere et un contrat entre Air Liquide et Sterlite Tech. Son montant n'a pas été précisé.

Par ailleurs, l'Elysée a cité, dans son communiqué, un accord signé par le groupe d'ingénierie Egis (filiale de la Caisse des dépôts, CDC) pour le design de trois aéroports, un protocole d'accord pour la firme parisienne Enia Architectes pour le design de gares du métro de Pune (grande métropole située dans l'ouest de l'Inde), ou encore un contrat pour la maison Roucadil, une société familiale basée dans le Lot-et-Garonne, pour l'exportation de pruneaux d'Agen.

De son côté, le constructeur ferroviaire français Alstom a annoncé avoir décroché trois contrats en Inde, pour un montant total de 75 millions d'euros.

L'EPR est un réacteur nucléaire à eau pressurisée de troisième génération. Paris et New Delhi ont affirmé samedi leur objectif de débuter à "la fin 2018" les travaux pour la construction en Inde de la plus "grande centrale nucléaire du monde", avec ces six réacteurs de type EPR. La présidence française espère que l'accord définitif sur la construction de la centrale sera signé "avant la fin de l'année". Dans une déclaration commune, le président français et le Premier ministre indien, Narendra Modi, ont "encouragé EDF et NPCIL à accélérer les négociations contractuelles" en ce sens.

Le dossier est cependant en négociation depuis une décennie et suscite une contestation locale en raison de craintes environnementales.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL