Brexit sans accord: note de 65 milliards d'euros

Xavier Trudeau
Mars 12, 2018

Un feuilleton que les entreprises doivent suivre attentivement, car, en l'absence d'un accord de libre-échange entre Bruxelles et Londres, la note pourrait s'avérer salée.

Les sociétés situées dans l'UE devront payer près de 35 milliards d'euros en barrières tarifaires et non tarifaires si la Grande-Bretagne quitte le bloc sans accord, selon l'étude menée par le cabinet de consultants Oliver Wyman et le cabinet d'avocats Clifford Chance.

Une étude publiée ce lundi 12 mars 2018 prévient qu'un Brexit sans accord coûterait très cher, notamment aux entreprises de l'UE. Sur le versant de l'UE, les secteurs les plus touchés seront l'automobile, l'agriculture et l'agroalimentaire.

Quant aux entreprises britanniques qui souhaiteraient exporter vers l'UE, la facture s'élèverait à 30 milliards d'euros par an. Les constructeurs automobiles, l'agriculture, l'agroalimentaire, les biens de consommation et les activités chimiques et plastiques seront également frappés de plein fouet du côté anglais. Or, le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, a indiqué dans une interview à la BBCla semaine passée que "les services financiers ne peuvent être inclus dans un accord de libre-change pour de nombreuses raisons, liées à la stabilité et aux questions de supervision".

En cas de divorce sans accord, le Royaume-Uni et l'Union européenne devront commercer sous l'égide des règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), ce qui reviendrait à un "Brexit dur".

La signature d'une union douanière permettrait de réduire les coûts de moitié pour les deux parties, relève l'étude.

L'Union européenne (UE) a récemment écarté l'idée d'un vaste accord commercial avec le Royaume-Uni après le Brexit et a ainsi opté pour un accord de libre-échange plus restreint, semblable à celui qui la lie avec le Canada. Au Royaume-Uni, les services financiers représentent 10% du PIB et sont le seul secteur excédentaire dans les échanges commerciaux avec l'UE.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL