Brussels Airlines ne gagne de l'argent que sur ses vols vers l'Afrique

Xavier Trudeau
Mars 13, 2018

Voilà comment les syndicats de Brussels Airlines décrivent le conseil d'entreprise extraordinaire qui s'est tenu ce lundi matin.

"Il n'y a pas et n'y a jamais eu de plan caché pour Brussels Airlines, a affirmé lundi midi le CEO d'Eurowings à l'issue d'une matinée de rencontre avec le personnel de la compagnie aérienne belge". "Or, il a répété que son objectif, c'était la croissance et que la compagnie devait s'intégrer dans ce schéma", explique Didier Lebbe, secrétaire permanent CNE. Mais son directeur financier n'a pas encore été nommé. " C'est vague " confirme Anita Van Hoof (Setca). Après le licenciement de Bernard Gustin, l'iconique patron de la compagnie belge et une prise en main directe par le Groupe Lufthansa et sa filiale Eurowings, c'était le deuxième contact entre la " nouvelle " direction et les syndicats.

Seul le réseau africain est pour l'instant profitable et, selon le patron allemand, la situation doit absolument évoluer pour les réseaux européen, nord-américain et asiatique (Inde) qui ne sont pas rentables actuellement.

Si Thorsten Dirks n'a pas été précis ce lundi sur ses plans concernant Brussels Airlines, il a en revanche chiffré ses ambitions pour Eurowings.

"Nous allons élaborer un plan d'avenir ensemble et le développer ensemble et il sera basé sur la croissance partout où c'est possible". Le nouveau management devra être attentif à cela car on ne peut pas se permettre de faire voler 40 avions (NdlR: "sur un total de 50 pour Brussels Airlines) sur le court-courrier sans faire de bénéfice?" Le CEO demande d'ailleurs "un peu de patience" pour donner le temps à celle-ci de développer un plan clair, notamment sur les questions d'emploi.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL