Comment mieux effacer les tatouages? La science a son idée

Evrard Martin
Mars 8, 2018

Environ 22 % des femmes et 26 % des hommes sont tatoués, selon un article publié dans le Journal of the American Academy of Dermatology.

La peau se renouvelle constamment, mais elle possède la capacité étonnante de conserver les tatouages à sa surface pendant des décennies.

Pendant de nombreuses années, on pensait que les tatouages fonctionnaient en colorant les cellules fibroblastiques dans la couche dermique de la peau. Dans les deux cas, il est supposé que la cellule porteuse de pigment demeure éternellement permettant au tatouage d'être plus ou moins permanent. Cependant, des chercheurs ont suggéré plus récemment que les macrophages de la peau (des cellules immunitaires spécialisées résidant dans le derme) "engloutissaient " le pigment du tatouage, comme ils le feraient normalement avec un pathogène envahisseur ou un morceau de cellule mourante.

Les scientifiques en ont alors conclu qu'une fois qu'un macrophage mourrait, les particules de pigment étaient libérées, avant d'être ingérées par des macrophages "frais", et ainsi de suite. Les chercheurs estiment que les cellules peuvent transmettre le pigment à de nouvelles cellules lorsqu'elles meurent.

Étant donné que le pigment du tatouage peut être recapturé par de nouveaux macrophages, l'aspect d'un tatouage semble être le même avant (à gauche) et après (à droite) que les macrophages du derme ont été tués.

Le premier constat a été que les macrophages sont les seules cellules à absorber l'encre dans le derme. Pour accélérer le processus, le rongeur avait préalablement été génétiquement modifié pour lui permettre de tuer les macrophages résidant dans son derme.

Au cours des semaines qui ont suivi, les chercheurs ont observé que les cellules ainsi détruites avaient été remplacées par de nouveaux macrophages dérivés de cellules précurseurs présentes dans le sang et provenant de la moelle osseuse, connues sous le nom de monocytes. Pourtant, l'apparence des tatouages n'a pas changé lorsque les macrophages ont été tués. Les chercheurs ont transféré un morceau de peau tatouée d'une souris à l'autre et ils ont constaté qu'après 6 semaines, la plupart des macrophages porteurs de pigments provenaient du receveur plutôt que de l'animal donneur.

"Nous pensons que, lorsque des macrophages porteurs de pigment de tatouage meurent au cours de la vie adulte, d'autres macrophages environnants re-capturent les pigments libérés et assurent d'une manière dynamique l'apparence stable et la persistance à long-terme des tatouages", résume dans un communiqué Sandrine Henri, chercheuse à l'Inserm et co-responsable de l'étude.

Cette découverte devrait trouver son application dans l'opération compliquée qui consiste à retirer l'encre, pour effacer un tatouage. La compréhension de ce cycle laisse entendre que les tatouages pourraient être effacés par des impulsions laser qui provoqueraient la mort des cellules cutanées et la libération et fragmentation de leurs pigments.

Elle permet l'élimination temporaire des macrophages présents dans la zone du tatouage. Ne reste plus alors qu'à éloigner l'encre par "les vaisseaux lymphatiques qui drainent la peau".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL