Dépistage ce lundi à Epinal et mercredi à Saint-Dié — Maladie rénale

Evrard Martin
Mars 5, 2018

La Semaine nationale du rein se déroule du 3 au 10 mars. Les femmes sont particulièrement concernées.

"Le rein et la santé de la femme", telle est la thématique de cette Semaine nationale du rein déclinée au travers de rencontres et colloques organisés dans le réseau France Rein. En conséquence, l'espérance de vie des femmes non diabétiques apparait un peu meilleure après l'entrée en traitement de suppléance dans la population féminine. Ainsi, certaines affections rénales sont plus fréquentes chez les femmes, comme les infections urinaires. Celles-ci sont bénignes la plupart du temps.

Et, outre la prééclampsie, "de nombreuses maladies rénales voient leur évolution amplifiée par la grossesse, qu'il s'agisse de l'insuffisance rénale chronique, de maladies kystiques, ou encore de maladies auto-immunes comme le lupus systémique", ajoute le Pr Laville. Au total, " une femme enceinte a un risque multiplié par cinq ou six de maladie rénale", estime le Dr Isabelle Tostivint, néphrologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris).

Autres spécificités: les femmes ne boivent en général pas assez au cours de la journée, ce qui peut fatiguer les reins. Il en est de même des régimes amaigrissants hyperprotéinés.

La maladie rénale est dite "silencieuse" car elle ne se manifeste par aucun symptôme perceptible. D'où l'importance d'un dépistage précoce. En cas d'anomalies, le médecin traitant prendra le relais.

Pour connaître les lieux de dépistage partout en France, rendez-vous sur le site de l'association France rein.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL