Des arômes plus nocifs que d'autres — Cigarette électronique

Evrard Martin
Mars 30, 2018

Une étude américaine vient de dévoiler que certains parfums des e-liquides utilisés dans les cigarettes électroniques seraient plus toxiques que d'autres.

. Ce qui serait le cas de la vanille et de la cannelle.

Fraise, banane, menthe, citron, barbe à papa...

De nouvelles recherches américaines viennent étayer l'idée que les cigarettes électroniques n'offrent pas une alternative inoffensive au tabac et que les liquides utilisés pour les remplir proposent parfois des cocktails de produits chimiques dangereux pouvant nuire à la santé des vapoteurs.

Des chercheurs de l'UNC School of Medicine, en Caroline du Nord (Etats-Unis) ont mis au point une technique destinée à relever la toxicité des produits.

Le principe de la cigarette électronique est de vaporiser du e-liquide arômatisé, nicotiné ou non, destiné à être inhalé. Plus ces liquides réduisent la croissance cellulaire, plus ils sont considérés toxiques. Cependant, après avoir testé 148 e-liquides différents, les chercheurs ont trouvé que les ingrédients variaient considérablement d'une marque à l'autre, arrivant même à la conclusion que globalement, plus les liquides comprenaient d'ingrédients, plus ils étaient toxiques. Leurs résultats ont été publiés mardi 27 mars dans la revue PLos Biology. Les ingrédients diffèrent d'un produit à un autre, ainsi que les goûts. L'un des auteurs de l'étude, Robert Tarran, précise ainsi que "les ingrédients des e-liquides sont extrêmement divers, et certains sont plus toxiques que la nicotine seule, et plus toxiques que les ingrédients de base des e-cigarettes - le propylène glycol et la glycémie végétale".

Les liquides à la vanille (vanilline) et à la cannelle (cinnamaldéhyde) seraient d'ailleurs particulièrement nocifs.

Les chercheurs ont par ailleurs trouvé que les produits chimiques avaient un effet toxique comparable sur plusieurs types de cellules humaines, notamment les cellules pulmonaires et celles des voies respiratoires supérieures. Les scientifiques ont en effet constaté que ces substances réduisaient aussi significativement le taux de croissance des cellules humaines. "Il existe plus de 7.700 e-liquides dans le commerce, les régulateurs ainsi que le grand public devraient mieux connaître les ingrédients qu'ils contiennent et leur possible toxicité".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL