Des droits compensatoires de 22,16 % imposés sur le papier journal canadien

Xavier Trudeau
Mars 17, 2018

L'annonce faite par le département américain du commerce d'imposer des droits préliminaires de 22,16 % à l'industrie canadienne du papier journal, et d'autres papiers d'impression, est motivée par le fait que le Canada aurait "des pratiques commerciales injustes" vis-à-vis des États-Unis, selon les propos du secrétaire du commerce américain, Wilbur Ross. Une décision certes difficile, mais qui ne manquera pas d'incidence sur le secteur de l'impression aux États-Unis.

Ces droits, qui feront l'objet d'une décision finale le 2 août prochain, épargnent les entreprises Resolu et White Birch qui sont déjà sous le coup des droits préliminaires de 4,42 % annoncés au mois de janvier.

Les droits préliminaires compensatoires annoncés au mois de janvier étaient compris entre 0,65 et 9,93 %.

Les importations de papier d'impression du Canada vers les États-Unis se chiffrent à 1, 27 milliards US, soit environ 1,64 milliard de $ canadiens.

Les États-Unis, qui ont pris de nouveaux droits, estiment que les anciens tarifs frontaliers avantagent les exportations canadiennes, et entrainent une perte de rentabilité des usines américaines, ce que dément le Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ). "Ces droits se traduiront par une augmentation des coûts d'approvisionnement et fragiliseront par conséquent les éditeurs et les imprimeurs qui utilisent ce type de papier", a-t-il soutenu.

La décision du département américain du Commerce est "inacceptable", a lancé la ministre québécoise de l'Économie, Dominique Anglade, en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne. "On nous a annoncé des mesures pour nous aider à passer à travers cette crise comme ils l'ont fait au niveau du bois d'oeuvre", explique M. Saint-Pierre qui rappelle l'importance de maintenir l'aide de Québec pour la diversification du secteur des pâtes et papier.

Ces droits permettent à Québec de réitérer pourquoi il tient mordicus au processus de résolution de conflits qui est prévu à l'article 19 de l'ALENA lors de la renégociation de l'entente. En 2016, nos voisins ont importé pour 1,27 milliard $ de papier non couché. "Lorsque le gouvernement américain est déraisonnable, le seul moyen réel pour le Québec de faire entendre sa voix, c'est d'avoir ce processus de résolution de conflits qui est indépendant et qui dans les dernières années nous a toujours donné raison".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL