Electrosensibles. Des symptômes venus de nulle part ?

Evrard Martin
Mars 28, 2018

S'il n'existe pas encore de lien entre l'exposition aux ondes électromagnétiques et les électrosensibles, un rapport de l'agence sanitaire Anses a conclu que ces personnes devaient être prises en charge.

La question de lélectro-hypersensibilité (EHS) est complexe. Le scepticisme est parfois de rigueur envers les personnes qui affirment en souffrir.

L'électrosensibilité ou EHS (ElectroHyperSensibilité) est une sensibilité aux champs électromagnétiques produits par des les antennes-relais, les téléphones portables ou encore le Wi-Fi.

Les auteurs de l'expertise se sont basés sur une analyse de la littérature, de nombreuses auditions (médecins hospitaliers et généralistes, chercheurs, associations et personnes concernées), ainsi que sur plus de 500 contributions de scientifiques et parties prenantes intéressés par ce sujet, dans le cadre de la consultation publique ouverte du 27 juillet au 15 octobre 2016. Les symptômes observés sont très variés et aspécifiques (troubles du sommeil, maux de tête, vertiges, nausées, démangeaisons, irritabilité, crise d'angoisse, acouphènes, douleurs cervicales...).

L'Anses estime que cet effet "joue certainement un rôle non négligeable dans la persistance de l'EHS", mais qu'il n'exclut pas "une affection organique non identifiée". Contrairement au placebo, l'effet nocebo est dû à la crainte ou la suggestion que l'exposition à des facteurs environnementaux ou à un médicament est dangereuse pour la santé. Au-delà du constat des souffrances, les experts recommandent "une prise en charge adaptée par les acteurs des domaines sanitaire et social" pour des patients qui subissent en plus parfois un "isolement psycho-social" en décidant de changer de mode de vie voire en déménageant dans des zones rurales isolées. Selon cette étude, 5% de la population souffriraient d'hypersensibilité aux ondes.

À ce titre, l'Agence recommande de solliciter la Haute autorité de santé afin d'examiner la pertinence de formuler des recommandations destinées aux professionnels de santé pour une prise en charge adaptée des personnes se déclarant EHS. Toutefois, les connaissances scientifiques actuelles ne mettent pas en évidence de lien de cause à effet entre les symptômes dont souffrent les personnes se déclarant EHS et leur exposition aux ondes électromagnétiques. De plus, ces patients ne sont pas toujours écoutées par leur médecin, et "un besoin de reconnaissance" ainsi qu " un désir d'être pris au sérieux" ont été relevés dans le rapport de l'Anses.

" Ca ne veut pas dire qu'un jour on ne découvre pas un tel lien ", mais " à ce jour, les causes restent inconnues " précise Olivier Merckel, chef d'unité risques physique à l'Anses.

Le rapport de l'Anses plaide donc pour que de nouvelles recherches soient menées. Pour l'heure, l'agence sanitaire n'a trouvé aucune explication à l'hypersensibilité aux ondes. Pierre-Marie Theveniaud, président de l'association Robin des Toits, estime qu'il faudrait "diminuer les niveaux d'exposition" aux ondes de manière générale.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL