En Allemagne, les villes peuvent interdire la circulation de véhicules diesel

Xavier Trudeau
Mars 1, 2018

Directement concernées par ce jugement rendu en dernière instance, Stuttgart et Düsseldorf pourraient être les premières à instaurer cette interdiction - à partir du 1 septembre 2019, au plus tôt, dans la capitale du Bade-Wurtemberg pour les véhicules de norme Euro 5 (commercialisés jusqu'en 2015). Mais le juge de la Cour administrative est encore plus fort que les industriels et un groupe de villes s'appuie sur ce pouvoir pour restaurer leurs centres-villes. Selon une étude de l'Agence fédérale pour l'environnement, quelque 6.000 personnes en Allemagne meurent prématurément chaque année de maladies cardiovasculaires causées notamment par le dioxyde d'azote.

Un tribunal administratif allemand a confirmé, mardi, que les villes allemandes de Stuttgart et Düsseldorf, aux taux de dioxyde d'azote supérieurs aux normes européennes, devront agir en bannissant à terme les vieilles voitures diesel. Tout le pays était donc pendu à cette décision. La chancelière Angela Merkel a rappelé que la décision ne visait pas "tout le territoire" ni "tous les automobilistes", tandis que sa ministre de l'Environnement Barbara Hendricks a jugé que les interdictions de circulation restaient "évitables". Ces deux mesures s'accompagneraient toutefois d'une facture de plusieurs milliards d'euros et on ne sait pas qui l'épongerait - les contribuables, les propriétaires de véhicules ou les constructeurs automobiles. Si les véhicules avaient respecté leurs promesses, nous n'aurions pas ce problème. " La pression monte sur l'industrie automobile pour rendre les véhicules diesel plus propres ", estime-t-il. Ce genre de mesures, très contestée et impopulaire outre-Rhin, s'attire les foudres des puissants constructeurs automobiles que sont Volkswagen, BMW, Mercedes et Audi. Mais d'après la fédération des automobiles clubs d'Allemagne (Adac), seule une mise à niveau des moteurs, plus coûteuse, permettrait de réduire significativement les émissions de NO2. " Signe que le vent tourne, les ventes de véhicules diesel neufs ont chuté de 17,6 % en un an en Allemagne".

Berlin est pointé du doigt.

"C'est un grand jour pour l'air pur", s'est réjoui Jürgen Resch, le chef de l'association de protection de l'environnement DUH, à l'origine de cette procédure pour forcer les politiques à durcir leur combat contre la pollution.

Pour tenter d'éviter une interdiction du diesel, le gouvernement allemand a récemment proposé la gratuité du transport en commun et la mise à jour des véhicules plus anciens pour les rendre moins polluants.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL